Joris Couronnet : la photo fun et trash

Mêler le banal au borderline en photo

Photo

Joris Couronnet est un photographe lyonnais de 25 ans. Son premier appareil photo, il se l’est acheté avec sa première paie, pour photographier ses exploits en dirt (pratique consistant a exécuter des figures aériennes en vélo) dans les bois. La photo lui plait plus que le dirt, il décide donc de revendre son vélo pour s’acheter un meilleur appareil photo. Il passe de la passion au professionnalisme en se faisant inviter dans des soirées, puis crée sa page Facebook, et comme disent les jeunes … « c’est le buzz ! ».

Photo

S’il organise de temps en temps des shootings, il s’amuse surtout à photographier les gens sur l’instant, au naturel. Son style rappelle un peu Terry Richardson, mais ne ressemble à personne d’autre. Il préfère photographier des inconnus en soirée, des amis à lui, des gens avec qui le feeling passe rapidement, plutôt que des modèles professionnels formatés pour un book. D’ailleurs, il aime prendre la photo où le modèle ne s’y attend pas. Des nus, des teufs, des fesses, des gens ivres, Joris prend tout en photo, mais jamais n’importe quoi, arrivant à chaque fois à capter une émotion, ou une sensation.

Photo

La série qui donne un coup de fouet à sa notoriété, c’est celle retraçant son voyage de deux mois et demi en Inde, en 2014 : « Incredible India ». Une série de 100 photos, dont beaucoup ont été prises à Pushkar, à Goa et au festival Holi, la fête des couleurs. Un voyage entrepris sur un coup de tête, du jour au lendemain. C’est cette série qui lui a d’ailleurs permis d’être salué par Canon, qui l’a exposé au Salon de la photographie l’année dernière.

À LIRE :   Le timing parfait ? Google moi ça !!
Photo

Mais si Joris Couronnet est aujourd’hui une valeur montante de la « photo underground » en France, c’est d’abord grâce aux femmes. Nombre de ses photos représentent des jeunes femmes, parfois habillées, souvent dénudées. Certaines sont en train de dessiner, d’autres de fumer, beaucoup sont en train d’uriner, toujours dans cet esprit « fun et un peu trash ».

Photo

Il a sorti un livre récemment, grâce à un financement participatif, retraçant deux ans de photos : I Do What I Want. Dernièrement, il a même suivi Panda Dub en tournée, pour faire un report vidéo de cet été passé en compagnie du célèbre groupe de dub français.

 

 

Pour découvrir son travail, rendez-vous sur Lyon, puisqu’il s’expose régulièrement au Café Galerie, dernièrement il y eut l’expo « A Poil Viviane » puis « A Poil Mireille » le 9 février dernier, encore une fois un succès. Qu’elles soient numériques ou argentiques, à Goa ou dans les ruelles de Lyon, les photos de Joris Couronnet sont toujours une occasion de découvrir des instants d’excitation, des regards pleins d’émotions, et des filles au naturel tant dans leur pose … que dans leurs tenues !

Photo