L’acid house, ce genre de musique indienne

Et si l’Acid House n’était pas née à Chicago mais à Bombay?

On attribue souvent la création et l’élaboration du style Acid House à la ville de Chicago grâce à des artistes comme Phuture et Sleezy D. (produits par Marshall Jefferson) ou encore Lil’ Louis. Cette ville et ses personnages ont en effet élaboré le style, peut être d’ailleurs pensé qu’ils l’avaient créé, mais 5 ans avant eux, un indien expérimentait une création originale en essayant de composer du raga disco.

Charanjit Singh, musicien indien originaire de Bombay reprend des classiques de disco indien dans des mariages quand il ne compose pas pour des films de Bollywood dans les années 1960 et 1970. Musicien de studio et bassiste de formation, il achète une boite à rythme Roland TB 303 à Singapour en 1982. Il entreprend ensuite de faire du « raga-disco » en transposant des mélodies de ragas traditionnels sur son synthétiseur Jupiter-8 avec un beat généré par les TB 303 et TR 808 en arrière fond.

Il sort Synthesizing Ten Ragas To a Disco Beat en 1983 qui est… un échec cuisant et restera dans l’oubli pendant un bon moment. Mais sans le savoir il avait créé ce qui deviendra 5 ans plus tard de l’Acid House. Lors de son voyage en Inde, le néerlandais Edo Bouman, intrigué par la pochette de l’album l’achète et tombe à la renverse quand il l’écoute. L’Acid House serait alors née en Inde, lors des expérimentations de ce raga-disco par le maître Singh. Bouman réédite le disque en Mars 2010 avec le label Bombay Connection et remet au goût du jour la musique de Singh en lui offrant une seconde vie. Jusqu’à sa mort le 5 juillet 2015, Charanjit Singh officie dans plusieurs salles et festivals à travers la planète.

Ainsi, t’aurais pu voir en live cet Acid Raga aux Nuits Sonores de Lyon ou à la Gaîté Lyrique de Paris en mai 2013, mais il est désormais trop tard pour rencontrer le pionnier de l’Acid qui sans le savoir avait de l’or entre les mains.

Michel-Angelo