Notre rencontre avec l’art psychédélique, le temps d’une soirée

Plongée dans l’histoire de l’art psychédélique à travers le temps et les époques.

Pour nous, mardi soir ne rime pas avec soirée film-soupe et couette mais plutôt avec découverte et rencontres. C’est comme ça que nous avons rendu un mardi soir intéressant, ou du moins différent des autres : en participant à une soirée d’initiation à l’art psychédélique organisée par Aventours. 

art
Art nouveau

Nous sommes à quelques pas de la place de la République, devant le numéro de la porte où Diane nous a donné rendez-vous. Il est 19:30, et je récupère miraculeusement ma pote qui s’est laissée happer dans le labyrinthe des rues du quartier. Quelques personnes sont devant la même porte d’immeuble que nous, et s’interrogent sur ce que l’on s’apprête à vivre. Les retardaires arrivent, Diane nous fait traverser la cour de l’immeuble avant de nous inviter à aller au troisième étage. La tension est à son comble compte tenu du mystère entretenu autour du déroulement de l’initiation…

Nous voilà, ma pote Fion, les six autres participants et moi, devant la porte d’entrée de l’appartement de notre hôte, Jaïs Frédéric Elalouf. Sensation étrange que de se retrouver avec des inconnus, dans l’espace intime d’un inconnu… Mais ce dernier nous met à l’aise très rapidement, nous invitant à enlever nos chaussures, poser nos téléphones portables, et nous installer dans son salon calfeutré. Les notes de musique d’un vinyle de rock psychédélique meublent le silence de la timidité, tandis que les objets d’art dévorent les murs, les étagères et la bibliothèque. Chacun de nous se présente en proposant une définition du psychédélisme, tandis que Jaïs verse du thé dans les tasses disposées sur la table. Nous allons passer deux heures et demi à naviguer au cours de l’histoire de l’art psychédélique, des origines aux réalisations contemporaines, en passant par les grands noms de cette forme esthétique qui est bien plus. C’est un mouvement culturel qui traverse les époques et ne disparait jamais vraiment. 

art
Mati Klarwein

Collectionneur et artiste du 21ème siècle amoureux du psychédélisme, Jaïs nous fait voyager en partageant ses connaissances (infinies!) qu’il illustre à l’aide de plusieurs objets issus de sa collection personnelle. On manipule une boule de verre où est gravé à l’intérieur le motif de la fleur de vie, une figure géométrique composée de plusieurs cercles égaux reliés en leur centre. Cette forme sacrée représenterait l’espace et le temps, et serait une illustration du lien ente religion et géométrie; de la même manière que le nombre d’or.

À LIRE :   Au chômage, il a fait le tour du Pacifique en radeau
art
La graine de vie, qui sert à former la fleur de vie.

Notre hôte fait ensuite passer des coupes de pierres semi-précieuses pour nous montrer que le psychédélisme est partout, à commencer par la nature. Jaïs raconte l’histoire de plusieurs personnes ayant marqué l’histoire, comme Jerry Rubin, un américain militant pour la paix et antimilitariste; ou la trinité Bourroughts, Kerouac et Leary, trois hommes qui rendirent le LSD et le voyage (dans tous les sens du terme) populaires dans les années 70.

art

Petite anecdote : Timothy Leary a malheureusement été viré de l’université où il enseignait après avoir commandé 800 doses de LSD. Il souhaitait les donner à ses étudiants afin de faire des petites expériences.
C’est entre 1970 et 1980 que les récits journalistiques et initiatiques en rapport de près ou de loin avec la drogue hallucinogène à l’époque légale, furent les plus populaires, comme par exemple « Acid Test » de Tom Wolfe.

art
Couverture de Kris Kool, par Caza
art
Double page de la bande dessinée « Kris Kool » par Caza

Au fil de ses histoires, Jaïs prend grand soin de nous faire manipuler quelques unes des oeuvres qu’il garde précieusement dans ses étagères. Des affiches des groupes psychédéliques comme celle des Jefferson Airplanes, la superbe bande dessinée de Caza « Kris Kool », des numéros du magazine français « Actuel », etc. Coup de coeur instantané pour les kaléidoscopes que Jaïs a acheté au Boom Festival qui nous font clairement partir très loin… de même que le livre sur les illustrations de Echer à la précision et à la composition autant hypnotisantes que fascinantes.

Echer
art
Affiche de concert des Jefferson Airplanes

Notre voyage se termine une heure plus tard que prévu, sans que nous y ayons fait attention. Fion et moi devons partir en flèche car une bière nous attend : un grand merci à Jaïs pour son accueil, et une bonne continuation aux autres participants avec qui on aurait aimé plus échanger. Mais ce n’est pas grave, nous venons de passer trois heures dans un autre monde fantastique fascinant dont l’héritage se retrouve dans chaque instant de nos vies.

Aventours propose de découvrir le monde à travers des rencontres, des visites ou des ateliers aussi insolites que passionnants. Une manière inédite de vivre des expériences hors du commun à Paris et dans la région. 

Retrouvez Aventours sur
Internet
Facebook