Appli Hater : et si l’art de détester permettait l’amour ?

La haine rapproche d’après Hater !

 

Et si la sélection de votre âme sœur ne se faisait par sur des goûts partagés ? Le site original Hater vous permet de rencontrer des personnes portant du dégoût sur les mêmes points que les vôtres. A l’heure où les sites de rencontres sont dominés par Tinder, Meetic et Adopteunmec, que l’innovation dans le domaine n’existe plus, Hater sort du lot.

hater

Le créateur Brenda Alper, comédien de profession, a voulu se jeter dans une concurrence déjà bien menée. C’est avec un principe simple qu’il tente sa chance : lier des gens non pas grâce à leurs goûts, mais via leurs aversions. Et les sujets à détester ne manquent pas ! On en compte plus de 3000, divers et variés. Les élections présidentielles américaines, les bermudas, les cheveux qui coincent le lavabo, les selfies osés, les personnes lentes, ne sont que des exemples possibles à cocher parmi tant d’autres ! Et ce n’est qu’un début.

hater

Des catégories seront prochainement rajoutées puisque l’accueil est favorable, et connaît notamment un succès à New-York ! L’application est déjà disponible en bêta-test sur iOS, mais l’accès total sera prévu pour le 8 février. Ceux qui possèdent un Android devront attendre le printemps pour rencontrer leurs âmes sœurs de dégoûts. Bientôt vous pourrez vous aimer, et détester ensemble.

À LIRE :   Utiliser Snapchat pour vendre du porno, c'est simple
hater

Hater offre une manière très originale de rencontrer l’amour. Commencer une conversation sur un détail ou un point qu’on ne supporte pas semble bonne à tester. L’idée est de savoir très vite à qui on affaire, nos haines en disent long sur notre personnalité. En connaissant les aversions de notre rencontre, on ne pourra pas s’en étonner plus tard, et les bonnes choses n’auront plus qu’à être découverte derrière ! Le tout est associé à un service de géolocalisation afin que la personne qui déteste les mêmes choses que vous ne soit pas loin ! Alors, qu’est-ce que vous attendez pour la rencontrer ? La France ne devrait pas manquer de sujets à détester, on meurt d’envie de les connaître.