Lorsque l’évasion de prison devient un art

Quand la réalité flirte avec la fiction

Evasion

Vivre derrière des barreaux, tourner en rond dans quelques mètres carrés, flairer la bonne tambouille des prisons, comme condamné à respirer sans savoir la raison. Figé dans un autre espace-temps en marge de la vie et de toutes ses possibilités… Difficile pour l’homme de supporter l’enferment si antonymique à sa nature propre. Car s’il n’a pas d’ailes, l’Homme ne résiste jamais à la liberté de ses mouvements. Au prix de gros risques, certains ont tenté l’improbable ou l’insolite pour la retrouver.

Jacques Mesrine: l’imposteur en uniforme

Evasion

On ne présente plus « l’ennemi public numéro un » dans les années 70. Cambriolages, vols, braquages, le vagabond, arrêté et incarcéré à plusieurs reprises, glisse systématiquement entre les filets de la justice. Vexant pour les képis, inspirant pour les scénaristes… Mais on ne met pas tous les oiseaux en cage: le 8 mai 1978, le célèbre braqueur s’enfuit avec son complice François Besse dans une évasion bien ficelée avec une idée toute simple: se faire passer pour un gardien. Facile pour celui que l’on surnommait « l’homme aux milles visages« . Après avoir neutralisé 14 gardiens (!), les deux malfrats enfilent leur uniforme et sautent le mur de l’enceinte de la prison de haute sécurité de la Santé. Lors de la tentative, l’un des détenus qui espérait s’enfuir avec « Bonnie and Clyde » s’effondre sous les balles des policiers.

Michel Vaujour, l’échappée belle

Evasion

L’évadé romantique… dans sa façon de s’échapper du moins. Car côté CV: une véritable collection d’arrestations après avoir passé sa vie à voler et se faire enfermer.  « Je n’aurais pas été étonné d’ouvrir un dictionnaire et de trouver « prison : endroit d’où il faut s’évader » », confie le voleur. Une confidence qui reflète bien le désir ardent du célèbre voyou de s’enfuir à n’importe quel prix, quitte à réaliser un véritable show à l’américaine. Le 26 mai 1986, Michael Vaujour s’échappe de la (soit-disante) prison de la Santé grâce à l’aide précieuse de son épouse qui vient le chercher en hélicoptère, en toute simplicité! Hélitreuillé, l’oiseau s’envole sous les yeux des détenus envieux et des gardiens dépassés.

À LIRE :   L'artiste de Brooklyn Girl Knew York n'arrête jamais
Evasion

 

Choi Gap-bok: le contorsionniste pressé

evasion

En Corée du Sud, tout le monde connait le très souple Choi Gap-bok, un voleur au casier long comme le bras, qui s’est fait la malle le 17 septembre 2012 en passant par la fente à plateau-repas de sa cellule de détention au commissariat de Daegu. Oui oui, j’ai bien dit la fente. Seulement 5 jours après son arrestation, badigeonné d’une pommade grasse à souhait, le cambrioleur accomplit une véritable prouesse technique en se glissant dans la toute petite trappe de la porte de sa cellule en 34 secondes top chrono. Il s’éclipse ensuite dans les reliefs montagneux du centre de la Corée du Sud et devient le « Houdini coréen » pour tous les médias nationaux. On aurait presque envie de l’applaudir.

Evasion

 

Neil Moore, le hacker qui écrit sa propre lettre de libération

Evasion

Futée, l’astuce! Le fraudeur incarcéré pour une escroquerie à 1,8 millions de livres sterling dans la prison de Wandsworth (Londres) a usé de ses talents de hacker pour mettre au point son évasion le 10 mars 2014. Au lieu de s’échiner à creuser un trou ou à limer les barreaux de sa cellule, Neil Moore a trouvé bien plus simple: écrire sa propre lettre de libération sous caution. Armé d’un téléphone récupéré clandestinement et d’une connexion Internet grâce à un terminal, le hacker enregistre un nom de domaine qui imite celui de la Cour de justice en charge de l’administration des prisons. Il créé ensuite des fausses adresses mails pour envoyer un courriel qui confirme sa libération. Plus connue dans les arnaques financières, la célèbre méthode du phishing semble ici tout aussi efficace. Bilan: 0 mort, 0 blessé. Une évasion propre et classe.