L’imprimante 3D une technologie du turfu?

Une petite découverte peut cacher une grande révolution.

Avant, il y avait des souffleurs de verre à chaque coin de rue et des artisants ferronnier. Maintenant, il y a des imprimantes 3D dans les salons. 
La révolution de l’artisanat serait-elle en marche ? 

À tout juste 30 ans, l’impression en trois dimensions peut certainement faire partie des technologies industrielles dont la vitesse de démocratisation est la plus impressionnante qui soit !
Le principe est simple: de la même manière qu’une imprimante 2D, celle-ci fabrique un objet grâce à la superposition répétée de fines couches d’un matériau. Au préalable, l’objet-modèle est scanné pour être reproduit, et s’il n’existe pas de modèle, le fichier est élaboré via des logiciels de création numérique en 3D. Simple comme bonjour, cette histoire !

Et en effet, ça a l’air d’être réellement le cas. La liste des matériaux utilisables est aussi longue que les dimensions sont possibles : béton, plastique, métal, écomatériaux, cellules vivantes donnent des prototypes, des prothèses, des aliments, des vêtements, des maisons, des tissus humains
Oui, tu ne rêves pas. L’impression 3D imprime tout ou presque (mais on ne sait pas à quoi correspond le presque).
La démocratisation fulgurante de cette technologie, et surtout son prix carrément abordable, apporte une nouvelle dimension à la fabrication artisanale. Pouvoir fabriquer chez soi des objets du quotidien remet en question notre manière de produire et de consommer; à nous d’ouvrir les yeux sur un mode de consommation plus intelligent et durable.

technologie technologie

Tu peux donc acheter différents modèles d’imprimantes 3D. Plus ou moins élaborée, destinée à un kid ou à tes parents, c’est pour tout le monde, tout le temps et n’importe où, pour faire ce que tu veux. Voici quelques exemples de réalisations qui t’inspireront peut-être.

À LIRE :   Quand les gratte-ciel d'Osaka s'animent

Du côté de la médecine, des chercheurs à l’Université de Princeton ont créée une oreille bionique pouvant percevoir des fréquences inaudibles par l’oreille humaine normale, tandis que l’ONG Not Impossible a conçu des prothèses de main pour moins de 100 dollars destinées aux enfants amputés du Soudan.

technologie technologie

KOR EcoLogic a créée une voiture appelée Urbee grâce à une grosse imprimante 3D et réduit ainsi les pertes de matières premières, le temps de fabrication, et la quantité de carburant consommée.
Ça, c’est possible avec une imprimante 3D de taille assez conséquente.

technologie

Mais avec une plus petite pouvant s’intégrer parfaitement avec la décoration de ton salon, il est possible de fabriquer du maquillage, des pâtes personnalisées, et des armes.
Grace Choi est l’ancienne étudiante d’Harvard à l’origine de la mini-imprimante Mink capable de faire plein plein plein de blush, fards à paupières et autres rouge à lèvre. De quoi ravir les bloggeuses 😉 Barilla de son côté à mis au point des capsules de pâtes à utiliser avec son imprimante pour faire des pâtes originales. Et les armes, on ne peut pas en dire beaucoup (ça serait un peu risqué quand même) mais on peut déjà affirmer que les fichiers disponibles sur Internet permettent de fabriquer un pistolet assez dangereux pour tuer en juste 23 heures. Pas cool, hein !
Cela dit, on s’en fiche un peu. On ira dans l’espace pour manger de la pizza ! La NASA et la compatie SMRC ont présenté en octobre 2013 la première imprimante capable de préparer une pizza à partir de « cartouches » d’ingrédients dans une navette spatiale. Coût du projet : 97 000 euros.

technologie

Ils n’ont vraiment que ça a foutre. Mais faut avouer que c’est hyper cool.