Quand la chevelure laisse place au tattoo