Un trait de coke contre la vie d’une « mule »

Les mules: ces convoyeurs de drogues…

La coke, ce marché titanesque… L’année dernière, la France a tapé un sacré record: 10,8 tonnes de cocaïne saisie par les autorités pour une moyenne de 250.000 consommateurs. Derrière le convoi d’une partie de ces gourmandises, une triste réalité: les mules. Si la technique est ancienne, sa pratique est en pleine recrudescence ce qui inquiète, et il y a de quoi. Les overdoses tuent fréquemment ces transporteurs de coke, prêts à courir le risque de mourir contre quelques centaines d’euros.

mules

Des boulettes de coke dans le bide, jusqu’à 1kg par mule, les trafiquants ne sont jamais à cours d’idée pour exporter leurs marchandises. La méthode, extrêmement périlleuse, consiste à avaler des dizaines d' »ovules » de coke thermo-soudées, le temps d’un voyage entre l’expéditeur et l’intermédiaire. Vient ensuite l’expulsion de la drogue… je te laisse imaginer. Quand ces boulettes se déchirent dans le ventre, faute d’avoir résister au long voyage, c’est l’overdose assurée. Cette triste fin, une jeune étudiante âgée de 21 ans l’a malheureusement connue en mars dernier. Hospitalisée d’urgence à son arrivée à l’aéroport d’Orly, elle succombe à une violente overdose quelques heures plus tard.

À LIRE :   Tenue correcte exigée !
mules

Cayenne, en Guyanne, c’est ici que la plupart de ces mules décollent en direction de l’Europe ou des Etats-Unis. Ados, jeunes ou handicapés, ces mules connaissent bien les risques de cette pratique mais la misère ne permet pas toujours de faire de bons choix. Contre une rémunération 2.000 à 3.000 euros, elles transportent dans leurs entrailles de quoi alimenter les soirées de débauches occidentales. 160 interceptées en France l’année dernière, presque le double par rapport aux années précédentes… Que le marché de la « coco » soit florissant c’est une chose, qu’il utilise de plus en plus une méthode aussi risquée pour la vie de ces passeurs, c’en est une autre. De quoi refroidir au prochain trait…