Photo : Patterson et la culture underground de New York

Clayton Patterson a documenté plusieurs années de vie dans le quartier chaud du Lower East Side.

patterson
Tag à un arrêt de bus sur le visage de l’ancien maire de New York David Dinkins.

« The energy is gone. My community is gone. I’m getting out. But the sad fact is : I didn’t really leave the Lower East Side. It left me. »

Ce sont les paroles que le grand photographe Clayton Patterson a prononcé lors de son discours d’au revoir à son quartier d’adoption : le Lower East Side de New York. Terrain de jeu, de vie, de travail et d’amitié, cet endroit occupé par une population populaire et défavorisée a vu passer de nombreux évènements marquant l’histoire des rues.

patterson
Bleeker Street après que Mordechai Levy, fondateur des JDO (Jewish Defense Organization) ait tué un homme assis sur son van, 1989

En 1980 éclatent des émeutes suite à des expulsions et un couvre-feu imposé par les forces de police à Tompkins Square Park. Ce mouvement de squatters, fervents défenseurs de leurs habitations, protestent alors contre la destruction programmée des anciens immeubles du Lower East Side. Clayton Patterson vient d’arriver à New York, et filme tout ce qu’il se passe au cours de ces jours noir; rendant compte d’une réalité violemment triste.

patterson
Clayton Patterson himself

Originaire du Canada, le monsieur barbu et habillé de manière peu catholique a fait des études d’art, pour ensuite travailler comme imprimeur et lithographe d’artiste, et enfin tenter d’enseigner les arts plastiques à l’école des Beaux Arts d’Alberta.

patterson
Impact de balle, Red Quare, 1993

Nous sommes en 1979.
Quelques années plus tard, lui et sa femme Elsa Rensaa prennent une décision : ils vont acheter l’ensemble de l’immeuble où ils vivent actuellement, au numéro 161 Essex St à New York. Pris de passion pour la vie à contre-courant que mènent chaque habitant du quartier, Clayton Patterson marche, mitraille, marche, discute, mitraille, échange, et documente. Ce qui l’intéresse, c’est cette énergie créative underground propre à la 14ème rue; la démence simple des étudiants, des danseurs, anarchistes, graffeurs, junkie, et autres squatteurs qui foulent le sol du Lower East Side.

À LIRE :   Nouveau film de Xavier Dolan : asphyxie ou délice ?
patterson
Gerard Little aka Mr. Fashion avant son show hebdomadaire au Pyramid Club

Mais voilà, la ville s’éssouffle, le quartier change, les gens changent. Se résigner n’est pas le bon terme pour définir la décision prise par le grand photographe; l’acceptation serait certainement plus juste.
Clayton Patterson a grandi avec sa famille dans une réserve indienne où son père élève des chevaux et sa mère soigne des enfants handicapés dans un hôpital situé à quelques kilomètres. Une vie à la dureté légère et sereine, qui ne fera pas de cadeaux à sa mère. Lors de son départ à la retraite, elle se fait arnaquer par son emploi et rend le petit Clayton furieux. Dès lors, sa vie et son travail seront guidés par un leitmotiv : remettre en cause l’autorité.

patterson
Dixie et Peter Kwaloff, aka Sun PK, au Pyramid Club, 1986
patterson
Mikey & Omar, Wall of Fame, 1993
patterson
Matt Dillon portant une casquette de Patterson, 1989
patterson
Des hommes tatoués après leur introduction dans un gang de New York
Alors, si aujourd’hui il quitte le Lower East Side pour aller vivre dans les Alpes Autrichiennes, cela pourrait être une manière de boucler la boucle, de retourner aux origines de soi-même.