L’Indonésie, Ses plages, ses touristes, ses condamnations

En Indonésie, la loi ne rigole pas avec le trafic de drogue et le vol.

trafic

Suite à l’arrestation le 13 octobre dernier d’un étudiant français de 22 ans à Bali , en Indonésie, on s’est dit qu’il serait bien de faire un petit état des lieux de ce qu’il s’y passe.

Arnaud Blazy est parti à Bali cette année dans le cadre du programme d’échange de son école. En prenant l’avion, il ne pensait sûrement pas être là où il est aujourd’hui… En détention provisoire après avoir passé 20 jours en garde à vue, ce mec qui pourrait être toi, risque maintenant 5 à 7 ans de prison. Pour quelle raison ? Le vol d’un scooter.
En rentrant d’une soirée et dans la même galère que l’on peut tous connaître, il a l’idée de voler un scooter garé près de lui. Peut-être pas la meilleure idée de la Terre, certes, mais cela reste malgré tout un délit mineur. Une connerie qu’on pourrait tous faire. Aussitôt, le propriétaire porte plainte et met en alerte les policiers locaux qui trouveront quelques jours après Arnaud grâce à la vidéo de surveillance. La date du procès n’a pas encore été annoncée.

Réputée pour sa politique ultra-stricte, l’Indonésie est intransigeante avec toutes les personnes ayant commis un délit, voire mortelle avec celles qui vont un peu trop loin.
Sur cette île, la justice ne rigole pas vraiment avec les fumeurs de shit et autres sniffeurs de coke, mais encore moins avec les étrangers.
C’est en 2013 que la peine de mort a été remise au goût du jour par le président Joko Widodo après 5 années de suspension. Avec une politique de lutte contre le trafic de drogue violente, l’Indonésie est connue pour avoir de superbes plages ainsi qu’une certaine facilité a emprisonner puis exécuter quiconque a été en contact de près ou de loin avec des prod’.
Est-ce une raison pour appliquer des sentences aussi lourdes à ces personnes ?

À LIRE :   On laisse tout, on part en voyage.
trafic
François Giuiliy a été condamné à la prison à perpétuité.

À l’heure actuelle, les étrangers condamnés pour possession ou trafic de drogue sont beaucoup trop nombreux sur les bans des prisons.
En 1999, Michaël Blanc a été arrêté pour possession de deux bouteilles de plongée remplies de 3,8 kg de shit puis condamné à la prison à perpétuité. La « chance » lui a sourit et permis de réduire sa peine à 20 ans en décembre 2008.
De la même manière, Gérard Debetz et François Giuiliy écopent de la prison à perpétuité respectivement en octobre 2011 et en 2014.
Serge Atlaoui a lui aussi été condamné pour trafic de drogue en 2007, mais cette fois-ci à la peine de mort. Et malheureusement, c’est en 2015 que la justice tape vraiment trop fort… 6 personnes impliquées dans des histoires de drogue sont arrêtées en 2015 comptant 5 étrangers. Bien leurs pays respectifs aient manifesté leur désaccord, ces 6 hommes et femmes sont exécutes.

Aujourd’hui, une vingtaine de détenus seraient dans le couloir de la mort pour des crimes de cet acabit.