La photographe Zahra Reijs : le mouvement érotique de la vie

La photo en toute intimité.

La Hollande a la bière, les briques, les vélos, et Zahra Reijs. Aussi jeune qu’une fleur au printemps, la demoiselle aujourd’hui âgée d’à peine 25 ans est tombée à 14 ans dans la photographie comme Obélix est tombé dans la marmite de potion. C’est le jour de son anniversaire que sa mère lui offre un appareil photo un peu cagneux dont elle tombera amoureuse de plus en plus, chaque jour.

Son style photographique plein de simplicité, de naturel et d’érotisme a plu notamment aux magazines Oyster, Vice, I-D et Interview pour lesquels elle réalise pas mal de séries, notamment mettant à l’honneur les femmes et Sevdaliza.
La petite parmi les grands offre une vision de la vie sensiblement teintée de réalisme et de banalité. On a voulu en savoir plus sur cette étoile montante de la photographie.

Sélection de photographies

photo

photo

photo

photo

photo

photo photo photo photo

  • Comment es-tu arrivée là où tu es maintenant, professionnellement et personnellement ?
    Le réseautage, le réseautage… c’est la clé. Peut-être que si j’y travaillais plus, ça serait mieux. Mais je ne suis pas le genre de personne à aller à un endroit parce que je dois y être. Si je ne suis pas d’humeur, tant pis. Aussi, je n’ai pas pour habitude de me vanter au sujet de ce que je fais, mais parfois cela peut jouer contre moi.
  • La ville où tu vis actuellement est-elle une source d’inspiration ?
    Pas vraiment, je pense que mon travail ne correspond pas forcément à l’endroit où je vis ; je crois faire de meilleures photos quand je ne suis pas en Hollande! Toutes les sortes d’individus vivant autour de moi m’inspirent aussi. J’ai grandi dans un quartier riche, mais lorsque je suis rentrée au collège, c’est une classe sociale plus pauvre et une manière de vivre différente que j’ai découvert. J’ai grandi entre deux mondes, je m’adapte à n’importe quel endroit et cela m’a beaucoup appris.
  • Ton regard est largement focalisé sur les femmes, et plus particulièrement Sevdaliza. Pourquoi ?
    Je préfère photographier des femmes car elles ont une manière de se mouvoir différente de celle des hommes. Si on regarde bien mon travail, il est possible de ne pas remarquer au premier coup d’oeil que c’est le mouvement qui fait mes photos. Sans le mouvement, elles n’existeraient pas. Et Sevdaliza est simplement une de mes meilleures amies. Nous partageons la même vision et quoi que nous fassions, ça fonctionne toujours !
  • À travers la photographie, que souhaites-tu transmettre aux personnes qui regardent tes réalisations ?
    Je ne veux pas dire quelque chose aux gens, je voudrais juste qu’ils apprécient ce que je crée. Apprécier ou apprendre à apprécier une certaine forme de beauté que beaucoup ignorent, mais pour moi, c’est naturel. Beaucoup de projets et de photographies ont leur propre histoire, mais ça c’est une histoire en elle-même !
  • Es-tu photographe à temps-plein ? Et travailles-tu actuellement sur de nouveaux projets ?
    Non, ça ne l’est pas. Si je voulais vivre de la photo à ce moment de ma vie, je devrais travailler sur des travaux que je ne cautionne ou n’apprécie pas, et j’ai fait le choix de refuser. Sinon, je suis de plus en plus intéressée par la direction artistique (indice quant aux projets sur lesquels je travaille actuellement) 😉
À LIRE :   Exposition du street artist Mush : « Comme un voyou, j’écris partout »

 

P.S. : Gros coup de cœur pour la « collection » d’images et de photographies « The Temptuous » à voir sur la page Facebook et le compte Instagram, tous deux dédiés à cette série. Lors d’une sortie tout ce qu’il y a de plus normal, elle prend en photo des jeunes en train de s’embrasser et de flâner, à leur insu. Elle réalise alors que c’est ce genre de cliché qui l’intéressent : « C’est un genre de personnes que je ne parviens pas bien à décrire, alors je leur ai donné un nom, The Temptuous. Il y a toujours une touche de sexualité et de sensualité dans mon travail… ».
Une édition print de ces images est prévue pour bientôt !

Extraits de « The Temptuous »

photo photo photo photo photo photo photo

Zahra Reijs
Facebook
Web

The Temptuous
Facebook
Instagram

Bisous et merci Zahra !
Publicités