Les Chinois bientôt notés quotidiennement et évalués

En Chine, la réalité risque de bientôt dépasser la fiction.

chine

À l’heure où des milliers de personnes continuent d’enchaîner les épisodes de la dernière saison de Black Mirror, d’autres risquent bien d’être projeté plus vite que prévu dans une des situations dépeinte par la série anglaise.

Saison 3 de Black Mirror, épisode 1, « Chute Libre« . Pour ne pas spoiler ceux parmi vous qui ne l’ont pas encore vu, je tiens juste à vous dire qu’il est incroyable et à voir sans plus attendre. Durant les 50 minutes où l’on fronce les sourcils en se demandant « Pourquoi? » et « Mais, qu’est ce qu’il va se passer?« , nous sommes pris à témoin de la vie d’une jeune femme trentenaire connectée et rythmée par les notes que ceux qu’elle croise lui donnent. Une passante, une vieille copine, un commerçant, son frère, tout le monde est invité à s’évaluer mutuellement dans le but d’obtenir la note la plus élevée. Pour la suite, je ne t’en dis pas plus. 😉
Toujours est-il que dès la fin de l’épisode, mon visage est figé. Je suis interloquée, et effrayée.

À LIRE :   Le Sumbuoy Challenge : la compétition bouée déjantée de l'été à Paris

Et voilà que plus tôt que prévu, le cauchemar est en passe de devenir réalité. En Chine, une application risque de voir le jour et de s’imposer sans vergogne dans la vie quotidienne des Chinois. Internet plus est un système de notation basé sur le crédit social, politique, commercial et légal de chaque utilisateur ; permettant alors l’acquisition ou la privation de bénéfices et biens matériels. Sans oublier la surveillance quotidienne bien sûr, bien qu’on y soit déjà relativement habitués.
Les données collectées sur l’ensemble des smartphones, réseaux sociaux et plateformes en ligne permettront de donner une première note à chacun des 700 millions de Chinois et par la suite de l’entretenir grâce à l’attitude et le comportement de chaque individu avec le monde extérieur. Mais à quel prix ?

Les possibilités d’évolution d’un tel système restent très diverses, mais dans un pays communiste comme la Chine où la liberté d’expression est absente, le gouvernement politique obscure et l’économie se fichant des règles de bonne conduite, la suite semble être assez proche de celle de Black Mirror.

chine
Affaire à suivre…