Sing Street, le film feel good musical du moment

Plongée musicale dans le Dublin des années 80

Récompensé par le Hitchcock d’or et le prix du meilleur scénario à Dinard au festival du film britannique, Sing Street est le feel good movie musical du moment. Le réalisateur John Carney, ancien musicien professionnel n’en est pas à son coup d’essai. Ses précédents films Once et New York Melody évoquaient aussi une romance musicale.

 

Le synopsis, un peu trop conventionnel, a au moins le mérite d’évoquer avec nostalgie les années lycées, les amourettes, la bande d’amis et la longue traversée de l’adolescence. Coup de cœur pour la bande sonore où se retrouve le meilleur du rock’n’roll, de Pink Floyd à The Cure, et les acteurs, tous amateurs et jouant avec brio.

 

Dans une Irlande oppressée par la récession économique, Conor, jeune lycéen, rêve d’évasion en Angleterre pour oublier un quotidien morose entre une famille qui se tiraille et une scolarité chaotique. Son seul rayon de soleil est Raphina, sublime fille mystérieuse, à qui il propose d’apparaître dans un clip de son groupe de musique. Problème, il n’a pas encore de groupe, mais il va en créer un. En trouvant un échappatoire dans la musique, que ce soit en écrivant des paroles, chantant, ou visionnant avec plaisir Top of the pops sur le poste de télévision, Conor s’affirme peu à peu.

À LIRE :   le Weedding ou le weedmariage

 

Un film tranche de vie inoffensif et un peu mièvre, mais on se laisse toutefois doucement porté par le flow de la musique et la nostalgie d’une époque que l’on n’a pas connu. Un moment de détente cinématographique.