Retour sur le bowl du Prado, skatepark californien made in Marseille

Le skatepark le plus mythique de Californie est marseillais

Le skatepark de Marseille a fêté cet été ses 25 ans. Le bowl du Prado, construit en 1991, a inspiré des dizaines de parcours dans le monde, notamment le célèbre skatepark d’Huntington Beach en Californie, un bowl éphémère reconduit chaque année pour l’ US Open of Surfing.

Un concept français recopié à l’international. « Mon projet était à contre-courant », raconte l’architecte du lieu, Jean-Pierre Collinet. Un lieu basé sur la vitesses du skateur, selon le principe du pendule de Newton. « Le skateur acquiert une grande vitesse sans moteur ou aucune aide. Ça paraît naturel mais ça ne l’est pas. »

Pour la petite histoire, à l’heure où les skateparks étaient fait de matériaux peu solides, Jean-Pierre, fou de skate et d’architecture, se lance dans une réelle « démarche intellectuelle très poussée », comme il qualifie lui-même son travail. Intégré au projet de Gaston Deferre, maire de Marseille à l’époque, il installe en juillet 1991 son bowl sur les plages du Prado, une structure en béton.

À LIRE :   Qui est prêt pour le DGTL Festival ?

Dès 1992-93, on assiste à une prolifération de répliques ou « inspirations », de skateparks en Europe. Mais en Californie, en Suisse ou au Brésil, personne ne connaissait l’existence de Jean-Pierre Collinet et encore moins son travail qui méritait d’être suivi. « Une fois j’étais sur Instagram et je suis tombé sur une réplique du bowl, raconte-t-il. Sur le moment, j’étais un peu vexé et fier aussi. J’avais essayé de déposer mon idée à l’INPI (institut national de la proriété industrielle) à l’époque mais on m’avait envoyé balader. » Avec Internet, les copies se sont multipliées, et tout va beaucoup plus vite, dans tous les domaines.