Focus sur l’homme aux multiples facettes, Pierre Gregori

Les illustrations imagées de Pierre Gregori

Enfant de la banlieue parisienne, Pierre Gregori apprend les bases de l’art dès son plus jeune âge, notamment avec l’artiste contemporain Kra N’Guessan. Focus.

Ayant très vite assimilé les bases classiques de l’art, il se tourne à la fin du collège, vers le tag qui lui apportera sa patte graphique, en s’inspirant de ce qu’il a pu voir sur les murs/surfaces de Paris (dont O’clock et Horfee) et sur les lignes de RER qu’il prenait régulièrement avec des productions de graffeurs comme les OBKOS, Comer, Rizot, Punter, Stax ou encore Cleon.
Préférant traîner dans les skateparks, les endroits désaffectés ou des spots à rider, Pierre ne rencontre d’autres graffeurs qu’à partir de 2006 qui vont le faire progresser (KLM, Antone, Artiz et Fura). S’imprégnant du lettrage vandale et de tout ce qu’il avait pu voir, son attention se recentre sur les personnages et les stickers, qui vont ensuite donner des personnages hybrides entre les B-boys et les créations des 123Klan.

img855

Voyant ses productions systématiquement effacées, il met alors son premier salaire dans un appareil photo afin de garder quelques traces de ses aventures nocturnes et se tourne également vers la toile en 2008, pour que quelques-unes de ses peintures défient le temps. Il n’exposera la première fois qu’en octobre 2010 dans sa ville lors d’une exposition collective où il était le seul artiste urbain. Pour les férus d’art traditionnel, il créé alors sa série « Invasions » en peignant des monstres immenses sur des toiles décoratives avec des photos de paysages urbains. Son travail photographique lui permet alors d’intégrer « RockUrLife » qui lui fait rencontrer ses musiciens préférés et prendre l’habitude d’écrire plus régulièrement. Il décide en même temps de ne garder que la moustache (déjà présente sur ses personnages), d’utiliser le blaze « LMV ! – La Moustache Vaincra ! », et démarre son projet « Street Moustache » où il créé à partir d’éléments de récupération, du street art déplaçable et interactif.

À LIRE :   Les portraits "amBITCHous" de Ashley Longshore
img860

 

img862

 

img867

Fukushima arriva sans crier gare, et il commença à créer des moustaches vivantes en lui donnant des yeux avec une évolution graphique qui passa du « pointillisme » aux trames colorées et coulantes avec des tracés noirs. Il fait sensation lors du 26ème Salon de printemps de Lésigny en remportant le prix du jeune artiste pour l’ensemble de ses œuvres.
L’envie d’aller plus loin lui insuffle l’idée de créer « Street Spirit » la même année pour mettre en avant la culture street/underground et la montrer au grand public.img871

Son travail artistique ira même jusqu’aux oreilles de Snub23 qui lui proposera en 2014 de participer au festival graffiti européen « Paint & Beer » à Amsterdam. Un homme engagé auprès des associations humanitaires, mais qui continue d’exposer à travers le monde avec des grands noms de la scène street art.