Le phénomène des sugar babies

Prostitution déguisée ?

Une « sugar baby » est une jeune femme plutôt séduisante entretenue financièrement par un homme plus âgé, appelé « sugar dady ». Le phénomène a d’abord explosé aux États-Unis avant d’arriver en Europe il y a quelques années. Avec l’augmentation des frais d’inscriptions à l’université, de plus en plus d’étudiant(e)s sont tentés par la profession de sugar baby.

À la limite de la prostitution, les sugar babies reçoivent de grosses sommes d’argent en échange de services d’escorts. Les hommes ont généralement la quarantaine passée et sont assez fortunés pour payer les études et les services de leurs « babies ».

sugar babies 3

Pour une fille dans le besoin, il suffit de s’inscrire sur les sites de rencontres babies-daddies qui pullulent sur le net. Moyennant 50 dollars par mois, les hommes postent leur profil (âge, photo,nationalité, profession) et indiquent leur niveau de revenus. De l’autre côté, les babies postent leurs photos, leurs mensurations, niveau d’études, centres d’intérêts et surtout les besoins mensuels. La fourchette va de 1000 à 10.000 euros par mois.

Le site seekingarrangements.com recense un million d’étudiantes à travers le monde dont 7.000 en France. Sur la page d’accueil, il se présente comme une version décomplexée d’un site de rencontre. Il est plutôt une invitation dérangeante à se faire entretenir par un bienfaiteur fortuné pour financer ses études et éviter de contracter un emprunt bancaire.
sugar babies 4

À LIRE :   Les selfies dont on ne se lasse pas

L’argent facile, les cadeaux, le luxe et l’entrée dans un monde inaccessible, voilà ce qui attire ces filles dans cette profession. Certains sont entretenues par plusieurs daddies et reçoivent jusqu’à 7.000 par mois. Aux États-Unis comme en France, la prostitution est interdite mais les autorités peinent à trouver l’angle légal pour fermer le site. Le créateur du site ,Brandon Wade, le présente comme « un site de rencontre honnête où les gens disent clairement ce qu’ils veulent ».

En attendant la possible fermeture du site, les étudiantes continuent d’affluer sur le marché. Dans la précarité et à la recherche de revenus, ces filles mettent de côté leur amour propre et l’amour tout court pour subvenir à leur besoins. Elles sont les symboles de la trahison du système à l’égard des plus démunis.

sugar babies 2