Un Paris made in China

Paris

Paris déserté en pleine campagne chinoise

En mai 2015, Jamie XX dévoilait son premier album solo  In Colours. Vendredi, il a sorti un clip magistral réalisé par Romain Gavras, déjà connu pour ses collaborations visuelles avec Justice, M.I.A, Kanye West. Gosh est une déambulation dans un Paris désert d’une bande de jeunes albinos et d’une autre bande d’humains presque clonés. Cependant, ce Paris vidé de ses habitants est réplique réelle made in china.

Perdu en plein milieu de la campagne, cette contrefaçon est quasiment parfaite. Les immeubles haussmanniens, la vigne de Montmartre et bien sûr la Tour Eiffel trônant à 108 mètres de haut comble les touristes du Paris carte postale. Construite en 2007 après 5 années de travaux, Tianducheng est peuplé de 2000 habitants se partageant 700 immeubles. Le projet était initialement prévu pour 100 000 personnes, mais n’a pas connu le succès espéré.

À LIRE :   Alexander Nut, Raoul K, Mad Mats : en février, le Djoon va briller
Paris Paris

 

Le programme de développement urbain appelé une cité, neuf villes partait pourtant d’une bonne intention, désengorger Shanghai avec 9 villes satellites et un style architectural d’inspiration occidentale. Une ville anglaise, allemande, néerlandaise, scandinave, italienne vu le jour au paroxysme de leur cliché. Qu’est-il donc arrivé ? Le loyer pourtant moindre comparé au vrai Paris, une centaine d’euros par mois minimum, n’a pas attiré foule par une classe sociale n’en ayant pas les moyens. Les chinois n’en avaient tout bonnement que faire de cette étrangeté culturelle. De plus, le manque d’infrastructures et commerces ainsi que les pauvres finitions des appartements ont fini d’entériner la demande inexistante.

Paris

 

Paris ne devient alors qu’une alternative pour les photos de mariage. Un bon plan, bien moins cher que dans la vraie capitale.

Paris