Hopare, le jeune virtuose du street art français

Hopare

Hopare peint les visages du monde

 

Virtuose de l’art de rue depuis ses 14 ans, Hopare a depuis 26 ans, et une carrière internationale qui se dessine au gré de ses portraits et voyages.

Hopare

Il découvre le graffiti à 14 ans en Essonne en investissant une usine désaffectée de Limours après les cours au collège. Au lycée, il rencontre un mentor, son professeur d’arts plastiques, déjà bien présent dans le milieu du street art sous le pseudo Shaka.

 

Mais coup de théâtre, en 2004 il écope d’une amende de 3000€ et de travaux d’intérêt général, et doit nettoyer le cimetière ainsi qu’initier des handicapés au graffiti. La mairie découvre rapidement le talent incroyable de Alexandre Monteiro, et organise sa première exposition. Il y vend 23 sur 30 toiles, le début de la gloire.

À LIRE :   Un street art tour différent à Montreuil
Hopare

Depuis, Hopare est sollicité dans le monde entier et prend du plaisir à voyager, alors qu’il n’avait pas eu l’occasion d’aller explorer le lointain avant ses 18 ans. Privilégiant le beau au message, son travail n’en est pas moins impressionnant. Il s’inspire des gens qu’il croise lors de ses périples, les prend en photos et armé de son téléphone portable, leur rend hommage sur un mur. Il a déjà trouvé sa patte, avec ses portraits colorés et graphiques aux traits fins et précis, et ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Hopare Hopare Hopare