Un festoche les pieds dans l’eau

downloadfestival

Le festoche londonien Download a noyé les participants dans la tristesse … faute à la pluie

Pieds dans l’eau, boue jusque dans le cou et k-way vissé sur la tête, le photographe Chris Lee a immortalisé les festivaliers du Download Festival à Londres. La pluie a apparemment fait des heureux.

downloadfestival downloadfestival

 

Le photographe Chris Lee a capturé une ambiance festivalière « tristoune ». Les teuffeurs tirent la gueule, vivent au ralentit et se morfondent dans la boue. Vision biaisée ? Si l’on se réfère à la vidéo post festoch publiée sur la page Facebook de l’événement, on peut se dire que Chris a significativement déformé la réalité en présentant dans ses photos qu’une minorité de festivaliers dépressifs. Les photos sont tout de même particulièrement intéressantes et dégagent une vraie atmosphère homogène.

 

downloadfestival

 

 

Avant cette expérience, le photographe, armé d’une paire de vieilles bottes de neige et d’un poncho imperméable, confie ne jamais avoir mis les pieds dans un festival auparavant. Le festival Download était donc une première pour lui. Un baptême. Quand il a commencé à pleuvoir, l’atmosphère a radicalement changé et son point de vue photographie est ainsi devenu intéressant : « il était amusant de regarder les gens qui ont été préparés à la pluie et les personnes qui ne l’étaient pas. »

À LIRE :   Bungalows les pieds dans l’eau aux Caraïbes

 

downoladfestival downloadfestival

Il y a ceux qui préfèrent s’emmitoufler dans un sachet plastique pour éviter tout contact avec la fraîche pluie, et il y en a d’autres qui pratiquent la danse de la boue en s’y trémoussant de leur propre plein gré. Et ils ont raison, car l’enveloppement du corps dans la boue purifierait la peau et soulagerait les douleurs musculaires.
Au festival, la boue « est passée d’une texture de gâteau au chocolat à une soupe boueuse » sur un terrain où l’herbe et la terre sèche étaient inexistante. Yum, yum, on aurait presque envie d’aller y faire un tour !

Camille Bresler
Source : dazed