Psychédélie furtive dans les œuvres de Roman Koenig

koening

Roman Koenig, artiste graphique (et) psychédélique

Non Roman Koenig n’est pas un de ces artistes étrangers qu’on serait (une fois de plus), tristes de ne pas compter parmi nos jeunes talents français. Plus jeune, il rêvait de devenir photoreporter, mais s’est finalement tourné vers la photographie d’art.

Une vieille photo polaroid qui traîne dans ton grenier depuis 10 ans, une tache d’encre sur un mur, ta danse de la victoire, ta poubelle ou ton dressing … l’art est partout, tout le temps, et tu n’en as parfois même pas conscience. Mais si tu n’as jamais réussi à tirer parti de tout ce potentiel – et Dieu sait qu’il est impressionnant – d’autres y arrivent, et même très bien. Tu ne les connais pas ou tu en as vaguement entendu parler; dans les deux cas, Open Minded est là pour que tu restes à la page, et que tu deviennes l’expert en art que tout le monde s’arrache. Aujourd’hui, on se penche sur les oeuvres psychédéliques de Roman Koenig.

art

Photographe parisien, son exposition « A travers les murs », n’est autre que le fruit de cliché pris dans la capitale, composée d’une dizaines de photos prises à la manière d’un kaléidoscope, et sans doute la plus marquante. Les formes se répondent comme un reflet dans un miroir. Roman Koenig photographie un tag original, le déforme pour lui donner un autre aspect, comme une seconde vie.
Si son travail ne semble qu’être le « miroir » de ce qu’il a déjà réalisé, la technique va beaucoup plus loin. En effet, l’artiste donne une vie à ses oeuvres, en reproduisant à la perfection la deuxième partie de son tableau. Tous les détails sont calculés au millimètres près, et leur réalisation, à couper le souffle.
Entre mosaïques, dessins filmés comme à la loupe, illusions d’optiques, et autres œuvres hypnotiques, le travail de Roman Koenig s’apparente à des sortes de diptyques sans frontières.

À LIRE :   Thieves of Tower, l'art du tatouage symétrique baroque
exposition-quota-travers-les-mursquot-de-roman-koenig

Roman élargit également son univers vers des photos plus « simples », des clichés axés mode, portraits, pochettes d’albums, etc. Une identité forte, qui se mêle avec des clichés travaillés. Depuis six ans, ce photographe essaye de transmettre ses idées à travers ses photos et tente de montrer au monde, la réalité de ce qui nous entoure.