Être le dirigeant d’un pays et n’avoir aucune pitié : ça existe vraiment

dirigeant
Un homme a été tué lors d’une opération anti-drogues à Cébu aux Philippines le 9 juin dernier.

Le nouveau dirigeant des Philippines essaye d’être encore plus c** que Trump, et il y arrive plutôt bien.

Un mec plutôt extrémiste, populiste, misogyne, et vieux, ça te dit quelque chose?
C’est en effet quelques unes des grandes qualités dont fait preuve Rodrigo Duterte (sic), qui deviendra officiellement le président des Philippines le 30 juin prochain. Maire de la commune de Davao pendant 19 ans, sa victoire aux élections le 10 mai 2016 marque l’accomplissement de plusieurs années de dur labeur pour cet homme.
Mais qui est-il ? Comment a-t-il réussi à arriver là ? On t’explique tout. 

dirigeant
dirigeant
Davao, capitale de l’île de Mindanao

Nous sommes actuellement aux Philippines, un archipel de 7 100 îles paradisiaques entre la mer de Chine et l’océan Pacifique. D’une superficie équivalente à celle de l’Italie, l’archipel est composé de plusieurs régions dont une connue pour être autonome au niveau gouvernemental. Cette île, c’est celle de Mindanao où se trouve la capitale dont il est principalement question: Davao.

Rodrigo Duterte est un homme âgé de 71 ans. C’est l’archétype parfait de ce que l’on appelle communément: un g*** c**.
Lors de l’exercice de ses fonctions de maire de Davao entre 1998 et 2008, Roro (oui, c’est son petit surnom) met en place une politique radicale visant principalement à éradiquer la drogue dans les rues. Ainsi, selon l’association Human Watch Rights, plus de 1 000 personnes auraient été tuées par les escadrons de la mort au cours de ces années sous prétexte qu’elles étaient éventuellement, peut-être, mais on n’est pas surs, des dealers. En gros, les forces de police n’en ont rien à foutre de l’âge de la cible et de la réalité de son implication dans le trafic de drogue. Pourvu qu’elle ait une tête de dealer. 

Si vous exercez une activité illégale dans ma ville, si vous êtes un criminel ou un syndicat qui s’en prend aux innocents, tant que je suis maire, vous êtes une cible légitime d’assassinat.
Propos datant de 2009

 dirigeant
Rodrigo Duterte pendant sa campagne présidentielle

Bref, ce gentil monsieur remporte les élections en mai 2016 avec 39% des votes. Dans un article publié sur lemonde.fr le 9 mai 2016, la politologue à l’université des Philippines Edna Co tente de justifier cette victoire harassante : « Il est arrivé comme un éclair dans le ciel. Les gens peuvent s’identifier à son attitude, à son langage. Il promet de changer les choses à sa manière, selon ses propres règles. »
dirigeant

Comment est-il arrivé au pouvoir?
Grâce à sa campagne pour nettoyer les rues par peur que l’archipel deviennent pour de bon un narco-Etat. Ticket pour la victoire en poche, il promet à ses électeurs d’abattre des milliers de criminels en vue d’éradiquer la drogue dans la street. Le  » Punisher » comme l’appelle le Times, sort alors une des plus belle punchline que l’on n’a jamais entendue en l’honneur de la jeunesse et de la vie : « Ride the Streets of Drinkers and Youths » .

Ainsi, avant même son entrée en fonction qui aura lieu le 30 juin prochain, Roro d’amour met en place un couvre-feu pour les enfants, interdit la vente d’alcool durant la nuit, empêche la population de faire du karaoké (vraiment pour emmerder le monde!), et autorise les policiers et civils à abattre toute personne potentiellement liée à la drogue. En l’espace de 2 semaines, des commandos non identifiés ont tué plus de 9 trafiquants de drogue présumés.
Quelque chose te gêne, non? Le terme « présumés« , en effet. Le sénateur élu et ancien chef de la police nationale Panfilo Lacson est du même avis que toi et dit que « cette situation pourrait dégénérer et poser un grave problème pour la loi et l’ordre dans le pays tout entier. ».
Tu m’étonnes.

Vous, les dealers, les braqueurs et les vauriens, vous feriez mieux de partir. Parce que je vais vous tuer.
Propos recueillis lors de sa campagne présidentielle en 2016

Roro, cet homme débordant de bonté, d’altruisme et d’empathie n’a pas fini de te surprendre. Quand certains sont récompensé pour leur bravoure avec une médaille d’honneur, tandis que d’autres mériteraient bien un camion entier de trophées dédié à la connerie. 
D’abord, il justifie le viol suivi du meurtre d’une missionnaire australienne qui eu lieu en 1989 à Davao par les propos suivants: « J’ai vu son visage et je me suis dit putain, quel dommage ! Ils l’ont violée, ils ont tous attendu leur tour. J’étais en colère qu’ils l’aient violée, mais elle était si belle. Je me suis dit que le maire aurait pu passer en premier. » .
Ensuite, il affirme avec une fierté sans limites avoir 3 maîtresses en plus de sa seconde épouse. Eh oui mec, tu savais pas que c’était #swag d’être polygame, macho, et vantard?
Pour finir, le représentant de la religion catholique François a eu droit au doux et charmant qualificatif de « fils de pute« .

dirigeant

Bref. Aujourd’hui, nous sommes aux Philippines et des enfants de moins de 10 ans sont arrêtés puis parfois emprisonnés car ils n’ont pas respecté le couvre-feu. Des hommes se font tirer dessus au cours d’opération anti-drogue juste car un valeureux policier s’est dit « Tiens, lui, là! Il a une bonne tronche à dealer du shit.« . Et un vieux con est au pouvoir.

Pour plus de #lol, tu peux lire cet article du NouvelObs.com qui répertorie les 10 actions de Rodrigo Duterte qui font de Trump un enfant de choeur. Des fois, il vaut mieux en rire qu’en pleurer, avant d’en pleurer ! 

À LIRE :   On s’accorde une pause sportive au bureau avec Crédit Agricole !