Street art au Venezuela, l’outil contestataire politique

Venezuela

Quand tout va mal au Venezuela, l’art perdure

Après avoir exploré le street art en Iran, nous voici plongé au Venezuela. Actuellement en pleine crise avec des habitants réclamant la chute de leur président, le pays penche vers une révolution naissante qui fera grand bruit. Le street art a toujours été l’outil idéal pour exprimer des idées contestataires. Nul doute que les murs de Caracas vont bientôt se parer de nouvelles fresques politiques.

Venezuela

 

C’est déjà le cas sur le mur 23 de Enero, l’épicentre de l’art révolutionnaire. Quand la zone fut construite en 1950, on l’appela December 2, en référence au jour où le général Marco Pérez Jiménez s’empara du pouvoir avec sa junte militaire. Mais une insurrection populaire renversa le régime le 23 janvier 1958. Depuis, le mur rend hommage au courage des habitants dans ce quartier populaire à 15 minutes en métro du centre de Caracas. Bastion du chavisme, le lieu garde la symbolique d’un fort potentiel de revendications contre l’Etat actuel. Plus communément appelé la zone rouge en raison de la combativité de ses occupants, c’est aussi là-bas que Hugo Chavez lança en premier lieu son programme d’aide sociale. Et tout porte à croire que 23 de Enero commence déjà à bouillonner de murmures révolutionnaires.

À LIRE :   Du street art politique en Amazonie
Venezuela Venezuela

 

La capitale de Caracas n’est pas en reste en terme d’art urbain. Considéré comme l’une des villes les plus meurtrières au monde, c’est pourtant bien là que FLIX y a vu le jour et continue d’y exposer ses œuvres de rues embellissant la ville sans forcément contester un ordre politique. Plongé dans le bain de l’art dès son enfance grâce à des parents amateurs de photographies, peinture et musique, il commença réellement son travail en 2003. Indigné par la guerre d’Irak, il fabriqua des stickers en faveur de la paix qu’il dissémina dans les rues de la capitale. Encore aujourd’hui, FLIX inonde l’espace urbain de ses couleurs primaires, jaune bleu et rouge comme le drapeau du Venezuela et formes géométriques s’imbriquant parfaitement avec le mobilier urbain, pour mettre en lumière les coins isolés et détails de la ville insoupçonnés.

Venezuela

 

Venezuela