KASHINK : graffeuse au genre libre

KASHINK

Spicee nous fait voir le Paris de KASHINK

« Le Paname de Marion In the Woods ». C’est la série de documentaires, orchestrée par une journaliste atypique, Marion Desquenne, que nous propose de découvrir Spicee. Dans cet épisode, Marion nous emmène à la rencontre de KASHINK.

Pour Marion, KASHINK est le genre de personne que nous croisons tous les jours, mais auxquelles nous ne prêtons pas forcément attention. Intitulé « KASHINK : genre libre », Marion nous emmène à la rencontre de cette graffeuse – KASHINK donc vous l’aurez compris -, qui n’a pas épargné un mur du XXème arrondissement de son coup de bombe. Au fil de ce docu, elle nous confie l’amour qu’elle porte à sa ville à travers le projet « Paris Chérie », véritable déclaration qui a été exposée dans un théâtre en décembre dernier.

KASHINK, c’est aussi un personnage. Elle assume aussi bien son côté garçon manqué que fille un peu coquette. Elle peut passer des heures devant la glace si ça coiffure ne lui convient pas et exhibe fièrement une petite moustache qu’elle se peint pour affirmer son genre libre.
Militant ou non, la graffeuse souhaite faire passer un message à travers ses graffs. Elle veut qu’ils interrogent, qu’ils interpellent, qu’ils intriguent.
Présents en Allemagne, aux Etats-Unis, au Maroc, au Canada, en Angleterre…les portraits de KASHINK sont partout et illuminent les villes avec leurs couleurs éclatantes, leurs formes surprenantes et la patte de KASHINK qui fait un travail remarquable.

Le documentaire est à découvrir sur Spicee, la bande annonce se trouve juste ici. La journaliste qui l’a réalisé tient un blog où elle nous parle de toutes ses découvertes surprenantes ici, et la page officielle de KASHINK c’est là.

KASHINK