Un simulateur de mort à Shanghai

 simulateurmort

Simulateur de mort : jouez au grand jeu de la vie

Un musée, dans le quartier hype de Shanghai, propose une toute nouvelle attraction : le simulateur de mort. Il offre à ses participants la chance de vivre l’expérience de la mort. Vivre la mort? La tournure est carrément glauque.

 

simulateurmort

 

L’expérience commence par un peu de psychologie. Après une série de questions sur la vie, les participants écrivent leurs “derniers mots” sur un papier. Première étape : l’enfermement. Deuxième étape : la crémation et ses flammes rebelles. Troisième étape : la résurrection avec la plongée dans une piscine de balles.

 

Capture d’écran 2016-05-11 à 17.43.01

 

Trois étapes, deux heures de temps passées et 60 euros déboursés. Elle est pas donnée cette fausse mort ! Les visiteurs sont tout de même au rendez-vous. Après son ouverture, le 4 avril dernier, l’attraction Xinglai (qui veut dire réveil en francais – si on remplace le « x » par un « c », on peut lire : cinglé) enregistrait déjà deux semaines complètes de réservations.

 

Capture d’écran 2016-05-11 à 17.42.07

 

L’expérience promet un “enrichissement personnel”. Elle offre une “nouvelle perspective sur la vie”. On obtient les réponses aux questions que nos grosses têtes se posent et cela “apaise les angoisses existentielles” (mcetv.fr).

« C’est un sentiment vraiment intéressant. Cela permet de se relaxer, de prendre de la distance avec la routine de la vie et d’arrêter de penser aux problèmes sérieux. Lorsque vous passez par ces portes, un changement de conscience se produit et à la fin de la procédure, vous en ressortez différent. Je pense qu’il faut vraiment vivre cette expérience. » Lu Siwei, 33 ans, utilisateur passé récemment par la fauchause nommée Xinglai (source Euronews).

 

C’est cool, dans le sens ou on pourra dire à ses potes “tiens je suis mort hier, juste avant mon rendez-vous chez le dentiste mais c’était clairement mieux mercredi dernier. Et toi, tu meurs quand?” 

 

“Je suis tellement dans le futur gros, j’suis déjà mort”