The Screening Room menace les salles de ciné

the screening room

The Screening Room : service à domicile du ciné

The Screening Room est un projet lancé par Sean Parker – créateur de Napster et ancien président de Facebook (Justin Timberlake dans The Social Network c’était lui !). The Screening Room, c’est en fait la possibilité pour ses utilisateurs de regarder des films chez eux dès leur jour de sortie. Ceci est permis grâce à un système de box – 150$ -, et le film coûte 50$ pour 48h. En échange, 2 places de cinéma sont offertes – c’est d’une logique implacable.

Les arguments développés, entre autres, pour soutenir le projet sont les suivants : économie d’argent car pas besoin de prendre une baby-sitter, pop-corn moins cher, confort de la maison, plus de stress pour savoir le moment idéal pour pouvoir aller faire pipi et puis des dispositifs anti-piratage ont été mis en place.

Seulement, certaines compagnies de distribution – et on peut les comprendre – sont relativement opposées au projet telles que Disney. «  Ce sera le début de la fin, et la moitié des cinémas du pays seront fermés. », « Espérons que ce soit un échec », « Cette nouvelle est tellement décevante. Je ne peux vous dire combien je suis triste en ce moment. » C’est ce que certains distributeurs et même réalisateurs connus ont annoncé à la suite de cette annonce.

A contrario, Universal, Fox, Ron Howard ou encore Steven Spielberg eux, ont prononcé leur intérêt pour le projet, affirmant que la technologie permet de recréer le modèle du cinéma traditionnel.

Du coup, actuellement, c’est la guerre à Hollywood.

Nous on se demande la réelle nécessité du projet. On a suffisamment abusé niveau flemmardise et c’est vrai que contribuer à vider les salles de ciné – qui sont déjà pas bien pleines – c’est pas top top. Sérieusement, mater le dernier Star Wars ou Deadpool sur grand écran avec ses potes, c’est quand même bien mieux que d’être dans son canapé tout pourri avec une bière à moitié fraîche.

Ca reste une histoire de fric ça c’est sur, et c’est bien dommage.

the screening room