Compiègne boycotte l’érotisme

compiègne_eropolis

La ville de Compiègne est très – trop ? – sage

Alors que le week-end dernier – 12/13 mars – se tenait l’un des plus grands salons de l’érotisme d’Europe, Eropolis, la ville de Compiègne a refusé de publier les affiches publicitaires.

Installé au Bourget, à une heure de route de Compiègne, Eropolis n’a cependant pas pu bénéficier de l’aide de cette dernière pour ramener du monde.
La ville de Compiègne a en effet, depuis 2013, mis en place un arrêté municipal interdisant « toute campagne publicitaire pour des salons à caractère érotique comportant des images et des éléments à caractère pornographique. »

Du coup, pas d’affiche « à caractère pornographique » dans les alentours de la ville. Pour l’adjoint au maire, cette mesure a été prise pour protéger les mineurs à l’exposition de ces images – qui peuvent parfois être assez « limites » on le reconnaît – et aussi afin d’éviter certaines arnaques liées aux numéros surtaxés présents sur ces affiches.

Alors, Compiègne la prude ou Compiègne la raisonnée ? On vous laisse faire votre choix !