Les catégories de collègues imbuvables

collègues imbuvables

Des collègues imbuvables, on en a tous

Le bureau, c’est comme une sorte de bocal, un petit univers, véritable écosystème dans lequel tu évolues la journée, entouré de toute une faune plus ou moins difficile à dompter. Et tout ce joli monde, ça fait un joyeux bordel qui doit, en général, être géré par le boss, ou s’autogérer. C’est utopique d’imaginer une boîte fonctionner à merveille, ou alors elle serait un véritable nid d’hypocrisie…et ne fonctionnerait probablement pas bien non plus. Bref, avoir des collègues imbuvables, c’est le lot de toute personne travaillant dans une entreprise, alors il faut s’y faire, sans trop vociférer. Pour détecter leur présence, on te dresse une petite liste de ces camarades de taf insupportables, qui existent sous 6 formes différentes et toutes plus agaçantes les unes que les autres.

Le grande gueule

Il ne perd pas une seule occasion de l’ouvrir et d’avoir son mot à dire sur à peu près tout, et surtout sur ce qui ne le concerne pas, à savoir ce qui te concerne toi. Sinon c’est pas drôle.

Le bavard

Lui, c’est le genre de collègue imbuvable qui est plutôt sympa, mais saoulant à la longue. Parce qu’il n’arrête pas de parler. Avec toi, et donc ça te déconcentre, mais aussi avec les autres, et donc ça te déconcentre aussi, et t’empêche littéralement d’avancer dans ton taf. Il se fait au moins 16 pauses clopes par jour (tu as compté), additionnées aux breaks pour se chercher un café. Et lui, va savoir comment et pourquoi, réussit toujours à mener à bien ses missions dans les temps.

Le colérique

Lui, il est vachement cool en règle générale. Mais alors par contre, il faut pas le chercher. Il pète un câble (on me souffle dans l’oreillette que, dans le sud, apparemment, on dit aussi « péter un boulard ») pour rien, ou si peu. En tout cas, s’il n’est pas d’accord avec toi, il te le fera vite comprendre, et le temps tournera directement à l’orage, sans que tu n’aies le temps de t’en rendre compte.

Le tailleur

Il aime jacqueter à longueur de journée. Personne n’est épargné. Dès que tu as le dos tourné, si tu as le malheur d’être sous son nez, tu peux être sûr qu’il trouvera un truc à te reprocher et à balancer sur toi.

Le sympa

Ouais, comme son nom l’indique, le sympa est sympa. Mais il l’est tellement qu’en fait il est chiant. Et il n’a de problèmes avec personne. Il est trop parfait.

Le scred

Il n’est jamais là, et tu ne sais pas pourquoi, mais il réussit toujours à s’en sortir sans se faire emmerder par les boss. Absent aux réunions, à la bourre tous les matins, malade une fois sur deux, le scred est tellement scred que tout le monde n’y voit que du feu.