Germen, Varini, Brandalism… 2015 en street art, ça a donné quoi ?

germen

Retour sur l’année 2015 en street art, avec Germen, Varini et toute la clique

Chez Open Minded, on kiffe le street art, et on sait que toi aussi, alors on a décidé de se faire un petit retour sur les artistes et œuvres street art qui nous auront le plus marqué durant l’année 2015.

Une vieille photo polaroid qui traîne dans ton grenier depuis 10 ans, une tache d’encre sur un mur, ta danse de la victoire, ta poubelle ou ton dressing… l’art est partout, tout le temps, et tu n’en as parfois même pas conscience. Mais si tu n’as jamais réussi à tirer parti de tout ce potentiel – et Dieu sait qu’il est impressionnant – d’autres y arrivent, et même très bien. Tu ne les connais pas ou tu en as vaguement entendu parler; dans les deux cas, Open Minded est là pour que tu restes à la page, et que tu deviennes l’expert en art que tout le monde s’arrache. Aujourd’hui, on te parle de street art, et plus particulièrement de ce qui nous a le plus marqués l’année passée. Retour en images !

On commence avec Farewell, un street artiste qu’on a bien kiffé, et qui a notamment fait pousser du gazon dans le métro, ses mots d’amours dispersés sur les toits d’immeubles, et tout le reste.

farewell street art

On vous en a parlé il y a peu, le crew Brandalism a investi les panneaux JC Decaux à l’occasion de la COP21, à coups de fausses publicités pas mensongères.

brandalism

Une œuvre qu’on a particulièrement appréciée, et qui se démarque par sa longueur (c’est la plus longue de Paris), située rue d’Aubervilliers, c’est ce portrait de Rosa Parks.

rosa parks

Sinon, le tape art de Max Zorn nous a bien tapé dans l’œil.

max zorn tape art

On n’oublie surtout pas Felice Varini et son art géométrique.

felice varini street art

Et puis on n’oublie pas non plus WK et ses mouvements volés envahissant les murs des quartiers new-yorkais.

wk street art

Arsek et Erase sont deux artistes bulgares qui collaborent pour produire des œuvres à coups de bombes sur les murs.

arsek erase

AL Cergo n’est pas tout à fait street artiste, mais il donne vie et mouvement aux œuvres de ce genre, alors on l’aime.

al cergo

Et enfin, on finit ce petit tour en repensant évidemment à ce quartier mexicain transformé en fresque titanesque par le crew Germen.

germen street art