Blogueuse mode, ce métier d’arnaqueuse ?

blogueuse

L’arnaque du siècle, être blogueuse mode, telle est la question !

Elles sont partout, plus qu’un phénomène de mode, un virus que l’on aurait attrapé après 3 jours de fête, la blogueuse mode est forcément autour de toi. Tu ne le sais peut-être pas encore, mais la majorité des filles ont un blog, et on ne parle pas forcément des blogueuses à 50k, loin de là …

Petit tour matinal sur Instagram, à la recherche de pépites, chose devenue presque rare sur ce réseau social. Sur 99,99% des cas, on tombe sur des « blogueuses ». Je mets ce terme entre guillemets, car il est devenu tellement subjectif de définir une vraie blogueuse de fausses blogueuses.
J’entends par là qu’une vraie blogueuse passe du temps sur ses projets, possède une vraie communauté, à contrario, elle n’achète pas ses followers sur des applis et sites bidons, qui te demandent une blinde pour 10 pauvres followers qui ne te suivront plus dans exactement 4.3.2.1., oops.

On ne va pas se mentir. Devenir  blogueuse mode professionnelle c’est un métier et qui dit métier dit sources de rémunérations contre travail.
Si vous posez la question à n’importe quelle blogueuse, celle-ci vous répondra sûrement que c’est « parce que j’aime bloguer, rencontrer mes followers, leur faire découvrir mes bons plans etc« . Mais les gens censés savent pertinemment que ceci est partiellement vrai, le but d’une blogueuse étant de se faire couvrir de cadeaux et d’être connue, par la même occasion et qui l’en blâmerait?

À LIRE :   6ème édition de la Nuit SFR Live @ Le Grand Palais

Mais remarque, il serait facile de faire passer ça sous le coup du « cela m’est tombé dessus, on m’a contacté et j’ai évidemment accepté car j’adore cette marque« . Cependant, et ceci concerne les « petites » blogueuses, leur technique n’est vraiment pas encore au point.
Demande de partenariat à des marques à 100k sur Instagram alors que leur compte ne dépasse pas les 300 followers, photos ultra exposées sur leur compte, acceptation de tous les partenariats (y compris, enfin surtout des plus dégueulasses, histoire d’avoir une brosse à dent gratuite à tester), …

AndroidPIT-Instagram-search-teaser

Et on ne parle pas non plus des pseudos blogueuses à 20k sur Instagram qui n’ont pas de blog mais qui se considèrent évidemment comme des blogueuses en devenir, qui ont notamment obtenu leur « popularité » grâce à des photos très claires, qui attirent l’œil du public, pour la simple et bonne raison que « c’est à la mode », diront les adolescentes de 15 ans.

Bref, une industrie qui détruit peu à peu le VRAI domaine de la mode et celui du journalisme, car désormais on se perd dans les méandres des « blogeuses ». En revanche, signe des temps modernes, les journalistes ne sont plus seuls au premier rang des défilés et de l’information, car les blogueuses les plus connues et les plus passionnées y font leurs apparitions, comme une reconnaissance de ce vecteur d’information qu’est internet et qui dépasse jour après jour la presse dîtes papier.