Brooklyn avant-après par Kristy Chatelain

brooklyn changing chatelain

Dans l’objectif de Kristy Chatelain, les murs de Brooklyn en avant-après

La photographe américaine Kristy Chatelain s’est intéressée à l’évolution du quartier de Brooklyn, pour livrer des clichés qui en soulignent les changements de manière ultra poignante.

Une vieille photo polaroid qui traîne dans ton grenier depuis 10 ans, une tache d’encre sur un mur, ta danse de la victoire, ta poubelle ou ton dressing… l’art est partout, tout le temps, et tu n’en as parfois même pas conscience. Mais si tu n’as jamais réussi à tirer parti de tout ce potentiel – et Dieu sait qu’il est impressionnant – d’autres y arrivent, et même très bien. Tu ne les connais pas ou tu en as vaguement entendu parler; dans les deux cas, Open Minded est là pour que tu restes à la page, et que tu deviennes l’expert en art que tout le monde s’arrache. Aujourd’hui, on se penche sur l’artiste Kristy Chatelain.

À LIRE :   Les dessins hyperréalistes de Dirk Dzimirsky

Originaire de la Nouvelle Orléans, cette photographe est actuellement établie dans le quartier new-yorkais de Brooklyn. C’est d’ailleurs là qu’elle a décidé de réaliser l’un de ses travaux : une série de photos nommée Brooklyn Changing.  Il s’agit d’un travail intéressant qui met en avant les changements que l’on perçoit en façade (et c’est le cas de le dire) dans le quartier mythique qui a vu naître le hip hop et les hipsters. On y voit donc les paysages urbains en métamorphose permanente (gentrification, quand tu nous tiens), et parfois même tellement flagrante qu’on ne reconnait presque pas le lieu. Les murs, à l’arrache pour certains, peinturlurés par des street artistes pour d’autres, se voient redessinés pour être rafraichis et laisser place à des enseignes de boutiques, de restaurants branchés, ou sont littéralement rasés.

brooklyn changing chatelain brooklyn changing chatelain brooklyn changing chatelain brooklyn changing chatelain

Visite du quartier dans l’objectif de Kristy Chatelain. Et pour plus d’images, c’est par ici.