Minimalisme structuré au Festival International de Mode à Hyères

AKENE

Mode et graphisme s’unissent chez Akene

Tout le monde connaît le Festival International de Mode et de Photographie à Hyères, qui chaque année, déniche de véritables petits génies de la mode ou de la photo.
L’année dernière, le festival a bénéficié d’un jury d’exception. C’est sous la direction de la maison Chanel que le festival a pu souffler ses 30 bougies.
C’est Annelie Schubert, créatrice franco-allemande ayant construit une collection autour du tablier, qui a remporté le Grand prix Première Vision côté mode. La jeune styliste était en compétition aux côtés de neuf autres apprentis designers tout droit venus des 4 coins de l’Europe. Elle a donc eu l’immense honneur de recevoir 15 000£ ainsi que la possibilité de collaborer avec les métiers d’art de Chanel ainsi que Petit Bateau.
festival international de mode
Evidemment, le festival permet également aux photographes talentueux de se faire découvrir. Le grand gagnant est l’hollandais Sjoerd Knibbeler, qui a remporté le Grand Prix du jury, présidé par Eric Pfrunder, directeur de l’image mode de Chanel. Un travail minimaliste, qu’on félicite.
Et cette année, on a eu un (gros) coup de cœur pour la marque Akene, qui présentera (peut-être) prochainement sa collection pour la 31ème édition du Festival. « Je vais vous épargner l’histoire classique des grands couturiers qui cousaient des robes à leurs poupées depuis leur plus jeune âge. Car je ne l’ai jamais fait. Moi, je dessinais. Partout, tout le temps, et pleins de choses diverses. Par la suite et à travers mes études à l’école ORT et à l’Atelier Chardon-Savard, s’est ajouté au dessin la manipulation textile et toutes les démarches d’expérimentation, de déclinaison et de création. »
Cette collection mixte oscille donc entre minimaliste et androgynie, tout droit inspirée du digital, du sportwear et de l’architecture contemporaine. La créatrice, Fiona Fondadouze, a utilisé des matières spécialement bien pensées : matières techniques et résistantes (notamment le cordura, une fibre textile extrêmement solide). Et le résultat du shooting réalisé avec Vanessa et Vijay Moselle, deux photographes, Pauline Hauck (en make up artist), Emilie Quintrand et Sarah Keller, les mannequins de la collection, a donné un rendu plus qu’intéressant.
Akene, c’est donc un projet de marier technologie, mode, danse avec bien d’autres domaines.

À LIRE :   La basket à l'honneur chez Viacomit
Si cette collection vous a plu (et on doute du contraire), vous pouvez faire un petit don, ici.
AKENE.14 AEKENE.13
AKENE.8