A La Friche la Belle de Mai, l’art contemporain est prié de déranger le FN

prière de déranger friche belle de mai marseille

Prière de déranger! aura lieu à la Friche la Belle de Mai de Marseille ce samedi 28 novembre 2015

En réaction à des propos tenus lors de l’Université d’été du FN à Marseille en septembre dernier par la députée Marion Maréchal-Le Pen, la Friche La Belle de Mai a décidé de mettre en place une manifestation, qui aura lieu ce samedi 28 novembre. Cette dernière, dénommée « Prière de déranger ! », fait suite à l’accusation de la députée selon laquelle l’art contemporain serait un « art d’élite inaccessible » destiné à « dix bobos qui font semblant de s’émerveiller devant deux points rouges« . Merci pour ton affirmation pour le moins perspicace, Marion, qui va certainement sauver l’humanité de Jesus Oméga et nous faire prendre conscience que le conservatisme est de mise dans ton cerveau. Sinon, juste pour info, l’art, c’est peut-être aussi un moyen de déranger et d’émerveiller, notamment pour ouvrir et élever les esprits.

Cette mention des fameux « deux points » rappelle l’œuvre du père du courant pictural du suprématisme, Kasimir Malevitch, qui se caractérise notamment par l’emprunt de formes basiques et universelles, et de couleurs primaires et pures – Malevitch est reconnu pour ses toiles poussant l’abstraction à l’extrême, allant jusqu’à peindre un carré noir sur un fond blanc, appelé, comme d’évidence, « Carré noir sur fond blanc ».

À LIRE :   Voyage dans le parc naturel de Denali avec Aaron Huey

« Prière de déranger ! », c’est le nom de cet événement. Il fait suite à un manifeste prenant le nom de « De la nécessité des points rouges », qui a été signé par pas moins de 250 acteurs culturels majeurs, parmi lesquels figurent notamment les noms de Jack Lang, du président du Palais de Tokyo, ou encore de Sam Stourdzé des Rencontres de la Photo d’Arles.

manifeste points rouges

Il aura lieu à La Friche la Belle de Mai, à Marseille : l’un des premiers centres culturels en France qui ait été fondé sur les vestiges d’un lieu désaffecté. Cette manifestation se veut avant tout « joyeuse et festive », et pour en suivre la programmation, c’est par ici.