Comment se soigner de ses pires addictions ?

addiction

Les addictions c’est tabou, on en viendra tous à bout

Non, on ne va pas te parler de pseudos médicaments pour guérir ton addiction au crack, ou comment mettre le patch que tu as payé une fortune pour arrêter de fumer 3 paquets par jour.
Non, Open Minded veut ton bien, Open Minded veut t’aider, et Open Minded te propose des solutions, parce que oui, on est un peu comme le psychiatre de ta mère.

Et on ne te parlera pas de drogue cette fois. Bon okay, un peu, mais pas que. Parce que même si certains sont accros à la weed ou toutes autres drogues néfastes (ça n’a jamais été bon pour la santé, vous me direz), il y a d’autres addictions moins connues et surtout moins communes qui te bousillent la vie.
Mais trêve de blabla. Tout a commencé … On va aller droit au but, sinon on va vous perdre.

Week-end de narvalos encore une fois, après une soirée placée sous le signe de tous les vices, on décide d’aller se poser en after. Se « poser », on a dit. Vous le savez aussi bien que nous, dans la plupart des afters on refait souvent le monde, ou pas. Au cours d’une conversation avec notre voisin de gauche, on commence à parler de nos addictions.

mégots

Bien sûr, il est accro au tabac, comme 99,99% de la population. Il a tout essayé, patchs, cigarettes électroniques, s’est scotché la bouche, l’hypnose, la thérapie, … TOUT, absolument tout. Rien n’y faisait, il fumait toujours 3 paquets par jour, et croyait rendre un poumon à chaque escalier monté.
Et la façon dont il a arrêté de fumer est venue plus vite qu’il n’a fallu.
Même s’il avait 30 ans, sa mère ne savait toujours pas qu’il fumait. Au détour d’un repas de famille un peu trop alcoolisé, il est sorti fumer sa clope post-brunch. C’est une furie qui a détalé plus vite que son ombre, et qui lui a fait bouffer … sa clope. Littéralement. Un choc assez violent vous vous en doutez bien, le pauvre garçon a cru mourir, brûlé.

Du coup, on s’est demandés s’il n’était pas préférable de se dégoûter de quelque chose pour arrêter les vilaines addictions qu’on peut développer. Et c’est ce qu’on a fait. On n’a pas été très cools entre collègues mais on vous assure qu’on a bien ri.

À LIRE :   Au cœur de la Thaïlande au Street Bangkok Local Food

Chez Open Minded il y a de tout, des drogués, des alcooliques, … non, on rigole. Il y a surtout des gens qui ont des addictions plus ou moins communes.
Julie a 25 ans et elle adore le fromage. Tous les midis c’est la même histoire, du fromage en entrée, du fromage en plat et du fromage au dessert. Bref, on adore le fromage mais là c’est trop, et l’odeur du fromage fort dès qu’on ouvre le micro-onde ne peut plus durer. Un jour qu’elle était partie aux toilettes (sûrement une overdose de fromages), on décide de lui faire une toute petite blague. On a donc remplacé le fromage par du fromage quelque peu fait va ton dire . Elle n’y a vu que du feu, jusqu’à ce qu’elle se précipite aux toilettes. On s’en est voulu, mais finalement, Julie ne mange plus de fromage, merci mon Dieu.

fromage pourri

On a tous un pote, ou du moins on connaît tous quelqu’un qui est accro aux jeux vidéos, ou aux jeux sur smartphone. Marc aime (un peu trop), jouer à Candy Crush. Ça en devient lassant, à tel point que des fois il te coupe dans ta conversation pour débuter une partie. Là, t’as envie de lui enfoncer son iPhone 6s dans le c** pour voir si ça lui fait toujours autant d’effet. Bref, en parcourant les débilités d’Internet pour forcer quelqu’un a arrêter de jouer aux jeux vidéos, je me suis rappelé qu’un(e) rédacteur(trice) avait écrit un article sur la désintoxication à Candy Crush. Ni une ni deux, je prétexte une « soirée de folie dans une villa avec 5kw de son, des meufs et de la cocaïne ». Après tout, y’a plus que ça qui appâte. Marc est sorti de cette désintoxication guéri, mais avec 10000000 neurones en moins. Ah ! On ne peut pas tout avoir, hein.

candy crush
Publicités