Ohlala, l’application qui permet de réserver une escort girl !

Ohlala

Ohlala l’application berlinoise qui permettra de réserver une escort par géolocalisation

Pia Poppenreiter est une femme d’affaire aux drôles de préoccupations, actuellement elle est en pleine promotion de son dernier concept Ohlala : « la première application de rencontres payantes ».

ohlala

Derrière ce slogan qui sonne un peu comme une application pour les réseaux professionnels normaux, se cache en fait un tout autre dessein. D’après la businesswomen allemande cette application permettrait de « laisser le choix aux femmes de monnayer leurs charmes ». « Charmes » est un terme aseptisé pour désigner la prostitution et ce n’est la première fois que la chef d’entreprise lance une application du genre.

En avril 2014 l’application Peppr proposait déjà les mêmes services, cependant le projet fut abandonné. Les escorts se plaignaient de ne pas avoir suffisamment de contrôle quant à la validation du « rendez-vous » et les clients d’un temps d’attente beaucoup trop long.

ohlala

Madame Poppenreiter ne s’est visiblement pas découragé et a décidé d’améliorer sa petite affaire, avec cette nouvelle application ce serait d’après elle « les filles qui décident ». Les clients indiquent leur budget, la durée, l’endroit et l’information est ensuite envoyée à l’escort la plus proche, celle-ci n’a alors juste qu’à accepter. L’autre nouveauté, des chauffeurs sont engagés pour aller chercher le client et l’emmener au point de rendez-vous.

À LIRE :   Le Berlinois x Maison Kitsuné -Collection capsule

Pour finir, Ohlala n’est encore qu’au stade de l’expérimentation et n’est donc pas encore disponible, mais sachez qu’elle sera de toute façon en fonction uniquement dans la capitale allemande, Berlin.

Pia Poppenreiter essaye tant bien que mal de justifier son business, à la tête de la société TechCrunch qui est chargée de développer ces applications, elle explique sa démarche par un moyen de « relier les gens pour des relations payantes instantanément ». D’après elle cette application résoudrait « certains problèmes que connait le marché du sexe tarifé ».

Ohlala

Dans une ère où les services se concurrencent en étant de plus en plus productif et rapide, il semblerait que le secteur de la prostitution ne fasse pas exception à la règle. Seulement voilà, faut-il rappeler que les services proposés sont en nature et non le fruit d’une machine ? Drôle d’époque.