Comment j’ai essayé de ne pas arrêter de fumer !

fumer

Les conseils d’une pro pour arrêter d’arrêter de fumer, Enjoy !

Après plusieurs années de cigarettes quotidiennes, l’adolescence derrière moi il me fallait réagir. Ainsi un beau jour, ruinée par l’achat régulier d’un paquet de Winston (après avoir décliné de Philip morris en passant par Benson & Hedges), j’ai décidé d’arrêter de fumer.

 Quand j’ai commencé à arrêter de fumer j’étais à la Fac, du coup je me sociabilisais qu’en sortant fumer. J’ai dû y mettre vite un terme, ainsi commença mon long périple jonché d’embuches

Après avoir perdu petit à petit mes amis et toute vie sociale, voulant éviter d’avaler une délicieuse taffe à cause d’un(e) ami (e) bien attentionné(e), j’ai commencé à me réfugier dans le sport et la nourriture. Faisant de la course à pied et une séance d’une heure et demi de musculation par semaine, j’étais pourtant bien partie dans mon changement de vie ! Mais la nourriture que je m’enfilais gâchait tout, j’ai bien trop grossi jusqu’au jour où ma gentille sœur me dit « t’as grossi, ton corps a changé ». Blessée par ces terribles paroles, sans plus aucuns ami(e)s pour me consoler, je me suis remise à fumer. Le temps à passé, j’ai récupéré mon poids d’avant, mes ami(e)s toxicos et j’ai même continué le sport.

fumer

Et un jour, sans savoir trop pourquoi une terrible réflexion me traversa l’esprit : « mais pourquoi est-ce que je fume ? » Je me détruisais la santé, pour finalement quoi ? Sentir mauvais, perdre de mon endurance, voir mes dents jaunir et me rendre non attirante auprès des sportifs sexys. Ça ne pouvait plus durer ainsi, alors voulant vivre le plus longtemps possible et peut-être connaître la retraire, je me suis achetée une cigarette électronique rose (on ne se moque pas).

À LIRE :   Et la palme du cassos de la semaine est décernée à ...

fumer

Au début ce fût concluant le goût pastèque était top, puis à force je me rendis compte que je fumais partout. Je fumais chez moi et chez les autres, en scred pendant que j’étais en cours (ça me mettait du challenge, j’aimais bien), en boîte et dans les bars. C’était une période heureuse, j’ai même gagné en skills dans l’art de faire des ronds de fumée.

fumer

Puis ma cigarette électronique se casse une première fois, parfois s’use, je m’en rachète mais elle finit toujours par se casser. De la vraie merde, beaucoup d’argents pour rien. Je suis donc repassée à la cigarette qui pue, ça m’a fait plaisir !

Après une longue période ainsi, l’éternelle réflexion sur la mort et la cigarette réapparue, je décidais donc de tout arrêter, sauf en soirée ! Et c’est ainsi que je vis ma vie maintenant, je fume en soirée, quand on m’en propose et de temps en temps. Parfois mais ça reste rare, je rechute une semaine et puis je ré arrête. Mais globalement je peux tenir plusieurs mois sans fumer.

En morale de cette histoire je dirais que pour arrêter de fumer il ne faut pas être trop radical, ça doit être une démarche progressive. C’est-à-dire commencer par fumer rien qu’en soirée avec ses ami(e)s et lorsque vous avez des coups de mou, faites du sport ou pas !

Publicités