L’Inde autorise finalement les sites pornos

Inde-interdiction-de-la-pornographie

Après une période de censure, l’Inde permet de nouveau les sites aux contenus pornographiques

Non, les films pornographiques ne seront pas interdits en Inde. Le ministère des télécommunications avait pourtant demandé aux fournisseurs d’accès à Internet de bannir rien que 857 sites pornos jugés « répréhensibles » car ils s’opposaient à la « moralité » ou contenaient des images pédophiles.

Inde-porno
Cette liste a fait parler d’elle dans notre pays puisqu’une adresse du quotidien régional Le Dauphiné Libéré était cité dans le communiqué. Cette interdiction consistant à interdire les sites pornographiques est une décision venant de Narendra Modi, le premier ministre indien en vigueur, chef du gouvernement nationaliste hindou. De nombreux internautes se sont insurgés contre cette stricte loi en tournant cette mesure en dérision totale. En raison de ces moqueries, les autorités sont revenues sur leur décision, remettant les sites aux contenus « chauds » à disposition à part ceux diffusant de la pédopornographie (comme quoi la loi avait du bon dans l’idée).

An Indian internet user points out at a porn site showing a blank screen after being blocked by the internet service providers based on directive issued by the telecom department to block porn websites across the country, in Bangalore on August 3, 2015. The Indian government has sent a notice to internet service providers to block more than 850 porn websites on July 31 and service providers have already started blocking popular porn sites.   AFP PHOTO/ Manjunath KIRAN
Malgré la suspension de cette mesure, certains fournisseurs disent attendre le feu vert des autorités pour éclaircir les directives de la responsabilité qu’on leur a confié à savoir empêcher l’accès à des contenus pédophiles. Selon Rajesh Chharia,le président de l’Association des fournisseurs d’accès indiens « l’ordre est très très vague. Tant que nous n’aurons pas de réponses claires, nous continuerons de bloquer les sites ».

À LIRE :   Les pires trolls de marques

actrice_porno
Les autorités indiennes prennent beaucoup de précaution avec internet, ils avaient été accusés de censures massives en 2012 pour interdire 300 cents URLs dont certaines pages Twitter et Facebook sous prétexte de raviver des tensions ethniques. Le géant des sites pornographiques à savoir Pornhub a affirmé que l’Inde était sa quatrième source de trafic la plus importante après les Etats-unis, le Royaume-Unis et le Canada.
Est-ce que le gouvernement indien a voulu supprimer ces sites à titre symbolique ? Dans un gouvernement religieux montrant l’exemple, c’était sûrement une tentative de donner une bonne image, que les amateurs de pornos vivant en Inde ne s’inquiète pas, c’est à nouveau possible !

Publicités