Nous avons rencontré Lizard King & Erik Ellington du Skate de la Team SUPRA

SUPRA

On vous laisse choisir entre le Roi Lézard et le skateur du Louvre

Lizard King 
D’où vient ce nom, « Lizard King » ?

Là où j’ai grandi, dans l’Utah, quand j’allais au skate parc je voyais mes skateurs préférés et j’étais un peu intimidé. Alors quand ils arrivaient et qu’ils me disaient « hééé Lizard comment ça va » moi je pensais « oh putain il me parle !Ce mec est génial » donc je m’en foutais un peu de comment ils m’appelaient…

Depuis on ne m’a plus jamais appelé autrement. J’aime bien « Lizard King » même si parfois je me dis que ce nom prend peut être un peu trop le contrôle sur ma vie. Je veux dire, tu ne peux pas vraiment vivre le même style de vie que les autres quand tu as ce nom là – rires.

Tu fais du motocross, du vélo, de l’escalade, qu’est qui a fait que tu décides à devenir pro skater?

Je fais toujours tous ces autres sports. Je pense que je ne pourrais pas faire de skate si je n’avais pas tous les autres sports. J’aime faire plusieurs choses, si je ne peux pas skater, je sais que je peux prendre ma moto ou mon vélo. Mais le skate reste ma passion, c’est mon amour, mais je pense qu’au final si j’avais pu être pro pour chacun des sports que je fais je l’aurais été !

Et à part le sport, tu aimes faire quoi? 

J’ai un gosse maintenant donc traîner avec elle c’est plutôt cool. A part le sport, je pense que tout peut potentiellement être cool, j’aime peindre quelques conneries par exemple. Mais, si le skate n’existait pas je pense que ferais tout pour être pro dans un autre sport, ça reste ma passion. Je suis trop énergique pour être derrière un bureau, peindre c’est bien, mais je pense qu’au bout d’un moment j’aurais envie de me lever et juste de sortir, de bouger.SUPRA

Peux tu nous parler du design de tes dernières chausses, les Shredder ?

Ces chaussures sont simples, elles sont fines, faciles à porter et pratiques pour skater…Les précédentes étaient peut être trop compliquées, celles- là j’ai l’impression que plus de personnes peuvent les porter même les gens qui ne font pas de skate.
Concernant le nom, mon chien s’appelait comme ça, il est décédé donc en son hommage j’ai appelé la chaussure en son nom. Il est même tatoué sur mon crâne !

Ton premier tatouage ? 

Pour mon premier tatouage, on avait utilisé une brosse à dent électrique et puis on a mis une aiguille à la fin, c’était marrant. Je crois que j’étais bourré.

Le plus chelou ?

Ils sont tous un peu chelou mes tatouages, en y regardant de plus près. Là j’ai un morpion, c’était à une soirée, on a joué pour de vrai , et j’ai gagné mais j’ai oublié de faire la ligne. Ah si j’ai un joint sur la main, on a même penser à mettre la fumée !

La chose la plus débile que tu es faite dans ta vie ? La plus dangereuse ?

Se réveiller le matin doit être le truc le plus fou pour moi, je suis très actif donc se réveiller le matin doit être un peu débile sachant ce que je vais faire.
Le plus dangereux c’est sans doute quand je m’amusais à faire de l’escalade sans protection ou conduire un bateau sans permis avec quelques verres dans le nez. Les exemples ne manquent pas, c’est d’ailleurs incroyable que je sois encore en vie.

Ta vie a-t-elle changé depuis que tu as un enfant ? 

Je ne peux plus faire autant de conneries, je suis presque devenu une putain de personne avec une vie normale. Ma fille elle est belle, elle est trop cool, je suis content quand je reste avec elle. C’est fou d’ailleurs de penser que j’ai un enfant, le monde est fou..

L’autre jour je l’ai emmené skater, elle tirait la langue, elle trouvait ça cool. Mais je vais pas l’obliger. Par contre interdit pour elle de s’emmerder, je ne veux pas qu’elle s’ennuie.

Tu sors autant ? 

J’ai un gosse, donc quand je suis en tournée je m’autorise à faire la fête mais en général, je ne peux pas sortir autant car avoir des enfants est aussi un sport en quelque sorte. Quand t’as une énorme hangover et que tu dois gérer ta petite fille toute la journée ça peut être parfois difficile donc je sors moins.

Comment tu vois ton futur ? 

Etre un papa, continuer à rider. Et puis si un jour j’ai plus les capacités physiques de le faire j’espère mourir vite. J’ai pas envie de finir comme un légume à rien pouvoir faire, j’espère que je serais enterré avant.

Are you Open Minded ?

Je suis au delà, pour moi rien n’a jamais été fermé, pour moi tout le monde peut tout faire, je ne juge pas. Je suis une sorte d’hippie version Satan et grande gueule. J’ai grandi dans une ville très religieuse donc pour les faire chier je leur disais « Moi j’aime Satan » j’ en ai même fait un tatouage.

 

 

Erik Ellington 

skate

Le lieu à Paris où tu aimes le plus skater ?

 Je suis venu à Paris 4 ou 5 fois ces dernières années et à chaque fois, je vais à « Le dôme » . Les gens ont une bonne attitude tout le monde skate sans se faire virer au bout de 5 minutes, les gens sont ouverts, très accueillants et amicaux.

C’est différent par rapport aux USA. Chez nous les policiers sont très agressifs, si tu skates sur un endroit où c’est interdit tu te fais directement virer. Hier on était en train de skater au Louvre et la police n’aimait pas ça mais il a fallut près de 30 minutes avant que quelqu’un vienne nous dire quelque chose. D’ailleurs,  la personne en question n’était même pas française, c’était une américaine qui me demandait « tu te sens pas mal de skater sur une oeuvre d’art?  » Je trouve que le skate est, en quelque sorte, aussi une oeuvre d’art et puis on apprécie ça mieux que n’importe qui d’autre. Les gens passent devant chaque jour depuis des années et ne regardent plus les monuments, dans un sens on peut « l’abîmer » mais nous on l’utilise et on en profite presque plus que les autres.

 

Tu peux nous parler du processus de design pour tes créations chez SUPRA ? 

Quand plus jeune, j’achetais des chaussures ou des planches de skateurs que j’adorais  j’avais l’impression d’avoir une partie d’eux avec moi. Je les liais beaucoup à leurs produits, c’était important pour moi. Alors quand ce fut mon tour, j’ai voulu m’impliquer à fond. Dessiner, donner des idées précises sur les produits était pour moi important. Quand j’ai commencé à participer aux créations Supra, c’était avec les chaussures « Avangers », le processus était assez long parce qu’il fallait tout penser, ensuite, avec la Elligton on a un peu repris la base du design pour l’améliorer avec mes nouveaux critères, là, la dernière : Ellington Vulc est la version améliorée des deux précédentes.

Entrepreneur, père de famille, skateur professionnel, comment fais-tu pour tout concilier ?

C’est une sorte de balance… J’ai récemment divorcé donc je suis « à moitié père de famille », mais quand je suis à la maison, j’essaye de passer le plus de temps possible avec ma famille. Il y a quelques années c’était difficile pour moi de réussir à tout maintenir, puisque je buvais.

Depuis que j’ai arrêté de boire les choses ont été plus facile à gérer. Je suis plus efficace au niveau du travail, du skate, de ma santé, du business et je peux mieux gérer les choses. Concernant les enfants, j’essaye de leur instaurer des bonnes valeurs et c’est tout ce que je peux faire.

Ton meilleur souvenir avec la Team SUPRA ? 

A travers les années les choses ont changé. Aujourd’hui, je dirais que le meilleur souvenir que j’ai, c’est le plaisir que je ressens quand je vois arriver des jeunes pro-skateurs dans la Team comme Oscar Candon, Lucien Clarke ou Dee Ostrander . A leurs débuts ils sont encore des enfants, ou du moins ils ne sont pas encore adultes. Je trouve cool de les voir arriver, évoluer, progresser se construire et devenir à leur tour des icônes.

Ta vie a-t-elle changé maintenant que tu as 37 ans ?

Les choses ont beaucoup changé depuis que j’ai arrêté de boire. Ce fut selon moi, le plus gros changement de ma vie. Ca m’a fait reconsidérer ce que j’étais entrain de faire avec ma vie.  Arrêter était la meilleure chose qu’il aurait pu m’arriver. Aujourd’hui, à mon âge je pense que je peux devenir un mentor positif.

Jusque là je ne me rendais pas compte de l’influence potentielle que je pouvais avoir sur les gens que je rencontrais ou les jeunes qui apprennent le skate, je pensais plus à moi. Maintenant que je suis sobre et que je suis sorti de cette mentalité je sais que je peux aider les gens et les encourager. Donc je dirais que le plus grand changement dans ma vie serait mes enfants, et ma sobriété – bon j’ai aussi récemment arrêter de fumer.

Si un nouveau arrivait dans la Team SUPRA quel conseil lui donnerais-tu ? 

Je ne pense pas que je dirais « il faut faire, ou ne pas faire ça » parce que personnellement, je déteste qu’on me dise ce que je dois faire. Je pense que la seule chose que je ferais si un nouveau arrivait, c’est l’aider en cas de problème, être présent, mais je préfère le laisser apprendre de ses erreurs plutôt que de lui dicter sa conduite.

Si tu ne pouvais faire qu’une seule figure toute ta vie, ce serait laquelle ?

Humm, je dirais le Switch Frontside Flip parce que je le fais assez souvent – Lizard derrière : et pourquoi pas juste rouler ?.

Are you Open minded ?

J’ai longtemps agi comme si je l’étais alors que ce n’était pas le cas, mais je pense que je le suis maintenant plus que jamais. Maintenant j’accepte les critiques constructives, je me dépasse, je suis peut être devenu plus spirituel et je sais que je n’ai pas tout le temps raison.