La Nouvelle-Zélande interdit le troll

trollEn Nouvelle-Zélande, le troll sur Internet devient illégal et est passible de peine de prison

Troller sur Internet, c’est mal. Oui, très très mal même. C’est d’ailleurs tellement mal que la Nouvelle Zélande a décidé en début de mois de rendre cette pratique adorée par les galériens et autres casse-pieds en tous genres illégale. Le parlement néo-zélandais vient en effet de voter une loi qui rend le troll, le harcèlement ou le cyberbullying selon son appellation sur Internet passible de lourdes peines. Celles-ci seront comprises entre 50 000 dollars néo-zélandais (soit environ 30 000 euros) et trois ans de prison. Toutefois, pour une personne morale la sanction pourra monter jusqu’à 200 000 dollars néo-zélandais (donc environ 120 000 euros). Autant vous dire qu’ils ne rigolent pas en Nouvelle-Zélande…

troll2

Les messages et autres posts sur Internet passibles de condamnation seront les propos à caractère raciste (que ce soit relatif à l’origine, la couleur de peau ou la religion de la personne), homophobe et tout type de harcèlement envers les personnes handicapées. Mais aussi les menaces, la diffamation, le harcèlement et l’incitation d’autres utilisateurs à agir de la même façon. La peine la plus grave de trois ans correspond quant à elle à l’incitation d’un individu au suicide.

À LIRE :   Thom Yorke lâche son album sur BitTorrent !

troll3

Plus de que combattre les gros lourds de la toile, l’objectif de cette loi est bien sûr de combattre les harcèlements et autres formes de violence virtuelle qui peuvent avoir lieu sur Internet. Car ce n’est plus un fait anodin malheureusement aujourd’hui ; beaucoup d’adolescents utilisent les réseaux sociaux pour persécuter leurs camarades de façon anonyme ou non, et l’issue de ces altercations virtuelles est souvent dramatique puisque dans le pire des cas elles aboutissent parfois par un suicide.

Donc vous l’aurez compris, en Nouvelle-Zélande on ne vous condamnera pas simplement parce que vous êtes des gros relous qui perdent leur temps à corriger les articles des autres… Malheureusement. Allez, sans rancune.

Publicités