Des putes et de la coke, une attitude peu exemplaire pour Lord Sewel

The-Sun-Lord-Sewel

Lord Sewel surpris ce week end en train de taper avec des prostituées

Busted! (cramé) c’est le titre du Sun dimanche dernier pour souligner le comportement boarder line du Lord Sewel.

Le vice-président de la Chambre Haute c’est retrouvé à son insu dans le fameux canard britannique The Sun. On y retrouve ce politicien en train de sniffer de la coke en compagnie de prostituées, pas très exemplaire lorsqu’on siège dans une commission des bonnes conduites parlementaires.

L’ancien ministre de Toni Blair a fait la Une ce dimanche du tabloïd anglais, spécialiste pour dévoiler les histoires farfelues des hommes dit « respectables » comme les célébrités, les politiques ou les businessmen.

1437971016204

Sewel était jusqu’à alors vice-président de la Chambre Haute, poste qu’il a évidemment été contraint de quitter après ces faits compromettants et plutôt honteux. La présidente de la Chambre des lords, la baronne Frances D’Souza considère ces révélations comme « choquantes et inacceptables ». La baronne a également ajouté : « ces accusations graves vont être transmises au responsable du règlement de la chambre de Lords ainsi qu’à la police pour qu’une enquête urgente soit menée ».
Une vidéo publiée sur le site du journal le surnomme « Lord Coke », le montrant se plaindre de son indemnité parlementaire, une somme onéreuse qui atteint 170 mille euros par an, les frais de voyage inclus. On peut le voir également torse nu vêtu d’un blouson de cuir en portant un soutien-gorge rouge.

À LIRE :   Lotteria te concocte un burger avec tout dessus…

1437967280550

Il n’a pour le moment fait aucune déclaration publique, le journal a publié l’image d’un chèque de 200 livres pour rémunérer les services d’une de ces filles de joie. Ce serait apparemment ces mêmes femmes qui auraient refourgué les images scandaleuses au journal.

CD7620429

Le lord écossais, marié, était censé être membre à vie de cette commission après avoir été anobli par la reine d’Angleterre. Il devrait être le premier à en être exclu, ironique pour un homme qui en a écrit les propres règles.

Publicités