La Finlande veut abolir…le travail !

finlande drapeau

La Finlande vient-elle d’avoir l’idée du siècle ?

La semaine dernière, je vous parlais de l’Espagne, cher et tendre pays d’Europe où il fait bon vivre mais où il fait chaud surtout l’été. Du coup, le Maire d’un petit village près de Valence avait eu, ce que je pensais être l’idée du siècle en aménageant une plage horaire spéciale sieste chaque jour de 14 à 17 heures – parce qu’on ne déconne pas avec les insolations et la digestion, en Espagne.

Mais j’ai changé d’avis bien que je persiste à croire que c’est une idée révolutionnaire. En toute objectivité et sur tous les plans, la Finlande a fait mieux niveau « projet économique qui devrait rendre heureux tout le monde. »

finlande

 

En effet, le gouvernement du Pays des lacs et plus particulièrement son Premier Ministre Juha Sipilä veulent mettre en place un revenu de base qui devrait s’élever à 1000 euros par mois et qui serait délivré à tous, peu importe l’âge ou n’importe quel autre critère et sans aucune contrepartie. Une sorte de salaire distribué d’office à tous les habitants de Finlande.

À LIRE :   Les nuits étoilées en Finlande

Bon. Là, vous vous dites qu’il y a forcément anguille sous roche mais non – je vous parle de la Finlande pas de la France.

Avec ce système de revenu de base garanti, toutes les aides sociales du pays seront éliminées et les Finlandais qui n’arriveraient pas à vivre avec 1000 euros par mois ou qui n’assumeraient pas ce statut de chômeur volontaire – personnellement, nous, on voit pas où est le problème – pourront, le plus librement du monde, exercer une activité professionnelle pour compléter leur « salaire » délivré d’office.

finlande travail

 

Avec ce projet novateur, la Finlande tend petit à petit à l’abolition du travail comme on le connait mais veut ainsi essayer d’atteindre le plein-emploi en s’orientant vers le travail choisi comme l’explique Libération.

79 % des finlandais ont déjà répondu favorablement à cette nouvelle initiative – les 21% restants n’ont aucune excuse- et si le projet est un succès, plusieurs régions à fort taux de chômage pourraient aussi tenter l’expérience.

finlande b