Le sud attire-t-il les fumeurs de cannabis ?

Cannabis

D’après une étude, les jeunes du sud de la France fument plus de cannabis

Ah le cannabis ! Qui n’a jamais ne serait-ce qu’au moins essayé, durant cette période critique qu’est l’adolescence ? C’est peut-être évident pour nous, parce qu’on est so open-minded, mais il n’empêche que des études continuent d’être menées sur le sujet, afin de surveiller où en sont tous ces petits jeunes !

A l’occasion du 8ème exercice portant sur l’analyse de la consommation du cannabis chez les jeunes de 17 ans, l’ESCAPAD vient de publier ses résultats. Une enquête qui avait été menée en 2014, sur plus de 23 201 adolescents.

On l’a appris cette année, par l’intermédiaire d’une étude réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, mais en 2014, les 18-25 ans auraient été la tranche d’âge réunissant le plus de consommateurs réguliers de cannabis – de quoi faire pâlir beaucoup de parents.

Cannabis

Confrontée au fait qu’aucune enquête ne soit menée sur les mineurs, l’ESCAPAD en réalise une tous les trois ans, lors de la journée d’appel de préparation à la défense et la citoyenneté, (ex JAPD). Vous vous en souvenez de votre journée d’appel ? Le concept de comment perdre une journée dans sa vie, mais sans culpabiliser parce qu’on est obligé d’y aller. Bon.

Un questionnaire est alors donné aux jeunes de 17 ans, et de toutes les données recueillies, il en a également découlé une analyse territoriale.

Une analyse territoriale, c’est justement ce qu’on avait besoin, n’est-ce pas ? Qui n’a jamais rêvé de savoir dans quelle partie de la France les jeunes, fument-ils le plus ? – Personne – Enfin bon, ça a le mérite de nous confronter à la triste vérité.

À LIRE :   Solidaire et participatif, découvrez le village Marinaleda

Oui, triste vérité, car dans cette enquête, près de 7 jeunes de 17 ans sur 10 ont déclaré avoir déjà fumé une cigarette (68,4 %) – ce qui est vraiment beaucoup- et un peu moins de 5 sur 10 ont expliqué avoir déjà fumé du cannabis au cours de leur vie (47,8 %). Seulement 8,0 % jeunes ont affirmé n’avoir jamais consommé une seule substance, alcool y compris – comme quoi les jeunes raisonnables, ça se fait rare de nos jours.

Comme pour l’alcool, la consommation régulière est principalement masculine (12,5 %), puisqu’elle ne concerne que 1 adolescente de 17 ans sur 20 (5,8 %). Les filles ont toujours été plus raisonnables, que les garçons.

Cannabis

Toujours d’après l’ESCAPAD, les quatre régions dans lesquelles les consommateurs réguliers sont le plus nombreux forment un bloc, au sud. Dans ce bloc on retrouve la Provence-Alpes- Côtes d’Azur, le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées et la Franche-Comté.

Mais comment ? Dans le nord, on serait un peu plus coincé !?

Attention accrochez-vous, l’endroit où il y a le moins de consommateurs réguliers de cannabis se situe plutôt au nord. Dans ce second bloc, il y a l’Île-de-France, la Picardie, la Haute-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais et l’Alsace.

Bon voilà, le stéréotype vieux comme le monde, comme quoi la vie dans le sud est beaucoup plus festive, est dorénavant vérifié scientifiquement.

En conclusion de leur enquête, il n’y aurait apparemment aucun lien entre la situation géographique et la moyenne de consommateurs réguliers. La seule conclusion que l’on peut dire de manière assurée, c’est que ce ne sont ni les chtis et ni les banlieusards de Paris qui consomment le plus de cannabis, finies les fausses représentations !