Des centres d’accueil au Niger pour dissuader les migrants de partir

Niger1

Niger : une solution alternative pour ceux qui sont prêts à tout

Une structure test d’accueil de migrants devrait être mise en place avant fin 2015 pour décourager les candidats à l’exil vers l’Union européenne, notamment au Niger. Des solutions de retour dans leur pays d’origine devraient être également développées.

En effet, devant l’afflux de migrants, l’Europe semble avoir trouvé une alternative pour que les immigrants soient apparemment dissuadés de tenter la traversée. Cette aventure périlleuse a déjà fait plus de 1800 morts cette année.

Le ministre de la Justice nigérienne Amadou Marou explique que « ce n’est pas un plan pour protéger l’Europe, nous le faisons parce que le gouvernement doit prendre ses responsabilités ».

Selon son avis, il faut faciliter une immigration légale, idée qui a pourtant été rejetée par les 28 membres de l’Union Européenne.

Le plan repose sur des quotas d’accueil de demandeurs d’asile. Cette idée serait destinée aux personnes qui ont besoin d’une protection comme les Somaliens et les Erythréens.

À LIRE :   La Suisse joue au foot... mais pas que

En revanche, les réfugiés économiques ne seraient pas concernés par ce plan et ce type de camp ne leur est pas destiné.

Niger2

Ces lieux d’accueil proposeraient de la nourriture, des premiers soins et une aide psychologique et l’un des premiers centres d’accueil pour migrants devrait ouvrir dans la ville principale du Nord du Niger à Agadez.

Le campement est censé stopper un flux de personnes allant de 2000 à 4000 personnes par semaine. Ces migrants se dirigent vers la Libye et l’Europe, venant du Mali, du Burkina-Faso, de Guinée et du Nigeria.

L’OIM estime qu’il serait plus de cent mille à transiter par cette région sur l’année 2015.

Niger

Le premier test devrait être mis en place par l’Agenda européen sur les migrations, en collaboration avec les autorités nigériennes et l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Une campagne d’information a été lancée pour faire changer la vision des immigrés sur la traversée mais aussi sur les clichés comme quoi l’argent afflue en Europe.