L’application de ragots « Gossip » inquiète plus qu’elle ne séduit

gossip

L’application Gossip, en passe d’être supprimée

C’est peut être honteux de l’admettre mais on connait tous la série de Josh Schwartz et Stephanie Savage : « Gossip Girl ». Le principe des 6 saisons, retrouver qui est l’auteur(e) du site Internet publiant constamment – grâce aux informations des internautes-  des rumeurs sur tout et tout le monde. Si la série est aujourd’hui terminée, il semblerait que quelques nostalgiques aient eu l’idée de reprendre le concept version française. Visible 10 jours après sa création dans le top 10 des applications à télécharger sur l’AppStore, « Gossip » a rapidement effrayé les syndicats lycéens, les proviseurs, et plusieurs organisations.

Le principe est simple, vous pouvez publier anonymement des rumeurs sur vos contacts, avec ou sans photo/vidéo. Franchissant à toute vitesse la limite – déjà difficilement définissable – entre rumeurs et harcèlement, l’application inquiète plus qu’elle ne séduit et pourrait bientôt disparaître. 

Le nom de l’application en dit long sur son utilisation :  « Gossip –  les ragots anonymes » est, comme son nom l’indique, un moyen de propager anonymement des rumeurs sous forme de messages ou de photos/vidéos où les personnes concernées peuvent être taguées à partir du moment où leur numéro est inscrit dans votre téléphone. Chaque Gossip ne doit pas faire plus de 40 caractères et n’est disponible que pour une durée de 10 minutes.

À LIRE :   Expo Paris Zone Libre, Berlin squat Belleville

Créée au début du mois de mai par Cindy Mouly, l’application a comptabilisé 10 000 téléchargements journaliers depuis son lancement. Le profil des usagers : les adolescents. Ces derniers, n’ont d’ailleurs pas hésité à l’utiliser pour propager des messages humiliants, méchants à la limite du harcèlement du type « Samanta est la plus moche de la classe ».

gossip

A ce jour, et face à la polémique qu’elle a créée,  l’application est toujours téléchargeable mais inutilisable « Suite aux nombreuses réactions suscitées par Gossip, nous avons pris la décision de mettre l’application hors-service quelques jours, le temps de mettre en place un système de modération plus élaboré« . 

Plus qu’un « système plus élaboré« ,  pour Zoïa Guschlbauer -présidente de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne – et Catherine Blaya – présidente de l’Observatoire international de la violence à l’école – c’est l’ensemble de l’application qui devrait être supprimé car c’est le concept même qui pose problème.« Gossip incite directement à propager des rumeurs et peut aller jusqu’au harcèlement » explique  Zoïa Guschlbauer  au Monde.

Sans réaction de la part du gouvernement, elle ne va pas hésiter à écrire au ministère.