De la nouveauté pour les food trucks parisiens

Le Camion Mozza

Les food trucks reconnus comme “nouvelle tendance culinaire innovante” par la Mairie de Paris 

Alors que les food trucks se voyaient cantonner qu’à 3 marchés et quelques emplacements privés, voilà qu’à partir du 1er juillet, ils pourront sillonner la ville des Halles, à la rue de la Roquette en passant par la gare de l’Est. Cool, non ?

Même si la Mairie de Paris leur débloque une quarantaine d’endroits où ils pourront s’installer, les food trucks auront quelques règles à respecter telles que: pas de concurrence avec la restauration en dur de la vraie gastronomie, garder des prix accessibles, et privilégier les circuits courts, la filière bio et le respect de l’environnement.

Olivia Polski (l’adjointe chargée du commerce, de l’artisanat, des professions libérales et indépendantes) précise « qu’il n’y aura pas de norme « Mairie de Paris ». Il ne s’agit ni de brider la créativité des véhicules, ni d’autoriser n’importe quel truc à défiler sur l’espace public ». Cependant, plus de burgers au-delà de 22 heures et rien d’ouvert avant 11 heures, comme cela a été demandé par les associations consultées.

À LIRE :   Dark Web: Le côté obscur d'Internet
Cantine California

Cette nouvelle décision aura fait mettre la clé sous la porte à plusieurs truckers. Tandis que d’autres ont d’ores et déjà commencé à réinvestir. Pour que les food trucks puissent obtenir une place une à deux fois par semaine, les gérants devront remettre 8% de leur chiffre d’affaires pour la redevance un fixe de 70 à 135 euros par plage d’occupation à la Mairie de Paris. Pas étonnant que certains jettent l’éponge.

En effet, la Cantine California, pionnière de la street food parisienne cherche un nouvel endroit afin de d’y placer une nouvelle cantine fixe. Quant au Camion Qui Fume, il s’embarque dans une nouvelle aventure en voulant embarquer sur une barge qui ira de quai en quai et sera le premier boat food truck de la Seine.

Le Camion Qui Fume
Publicités