Archie Karas où comment gagner 40 millions en 3 ans à partir de 50$

Archie Karas

Retour sur l’histoire d’Archie Karas, génie et narvalo des casinos

Parier sur le temps qu’il fera demain, parier qu’on ne se fera pas choper par les contrôleurs de la RATP, parier sur le gagnant du prochain concours de l’Eurovision – nous ne jugeons pas… Le pari est tellement ancré dans nos gênes qu’on en est même venu à écouter celui d’un poulpe pour connaître les résultats d’une Coupe du monde de foot. Et pourtant, les joueurs de loto le savent bien, les paris sont le plus souvent perdants. La « banque » gagne 99 fois sur 100. 99 chances sur 100 de perdre, ça en laisse 1 de gagner.
Une qui suffit à alimenter tous les fantasmes.

Il est vrai que l’histoire des gagnants est souvent fascinante.  Prenez celle d’Archie Karas, par exemple.

Cette histoire c’est celle d’un homme qui a toujours cru en sa fortune, bonne ou mauvaise. Celle d’un joueur qui, parti avec un billet de 50 dollars, a accumulé 40 millions de dollars, en 3 ans à peine. Celle d’un faiseur de miracle en somme, un peu comme avant lui le type de Nazareth avec ses petits pains. Né en Grèce dans une famille modeste, le jeune Archie quitte son pays en décrochant un job de serveur sur un bateau de croisière. Nourri, logé, ce qui pour lui n’est déjà pas si mal, il est payé 60 dollars par mois. Débarqué à Portland, il rejoint Los Angeles.

C’est là qu’il attrape le vice du jeu.
Celui du billard d’abord, jeu où il devient très vite imbattable au point de ne plus trouver d’adversaires. Archie quitte alors le tapis vert pour passer au poker et aux choses sérieuses. Avec 50 dollars de mise, de parties en parties, il gagne puis perd jusqu’à 2 millions de dollars. Son dernier billet de 50 en poche, il prend la route direction Las Vegas où il tombe par hasard sur un vieux pote qui accepte de lui prêter 10 000 dollars pour jouer au Razz poker – version simplifiée du poker où la plus petite main l’emporte, idéal pour se refaire.

Et Karas se refait. En 3 heures, il gagne à la fois assez pour rembourser son ami – avec au passage de généreux intérêts- et rester à la table de jeu. Il y passera trois ans exactement et accumulera 40 millions de gains. Nouveau roi du casino, Archie ne se contente pas de gagner aux cartes, il s’essaie à tous les jeux et rafle tout sur son passage. Mais, c’est bien connu, la vie reprend souvent d’une main ce qu’elle a donné de l’autre.La chance tourne.

À LIRE :   Ces sites qui trollent notre société
archie karas

Archie perd 11 millions au craps en trois semaines, puis 17 autres –normal. Repassant au poker, il creuse encore son déficit jusqu’à perdre la somme record de 30 millions en 4 semaines. Pas de quoi décourager le parieur grec. « L’amour, le bonheur, la santé, la liberté sont tout ce que je veux dans cette vie et l’argent ne peux pas me le donner, alors je me fiche de l’argent » explique-t-il.

Résolument détaché, Archie s’endette à nouveau, 40 000 dollars cette fois et … empoche 1 million de dollars. Amis joueurs, je sais qu’une question vous taraude. Archie aurait-il trouvé la formule magique pour décrocher chaque fois la fameuse chance sur 100 ?  Pas exactement ou plutôt si. Le grec faiseur de miracle a été pris en flagrant délit de triche sur une table de Black Jack en 2013. Il a depuis été accusé de tous les vices : vols, tricherie, fraude.

Déchu de son trône, il  reste en tout cas le plus gros parieur de l’histoire des casinos, un bon narvalo comme on les aime.