Les écolos anglais se lancent dans l’humour – et c’est très drôle.

Greenparty

Campagne électorale : les verts anglais se foutent de la gueule de leurs adversaires.

Ce n’est jamais facile de trouver une bonne idée de vidéo et de chanson pour une campagne électorale. Les exemples où les politiques auraient mieux fait de s’abstenir ne manquent pas (ne clique pas sur le lien si tu tiens à ton intégrité).

Souvent synonyme d’échec, la vidéo de campagne électoral est une purge visuelle. S’ajoute à la niaiserie naturelle de la musique choisie, un clip qui ressemble plus à un exercice de travaux pratiques de jeunes collégiens option audiovisuel qu’à autre chose. Mais si les Français n’excellent pas dans ce domaine, les anglais semblent le maîtriser avec un peu plus de dérision et d’humour. Du moins, certains.

C’est le cas des verts qui ont diffusé, le 08 avril dernier, pour leur campagne électorale, une vidéo différente et légèrement WTF.

Si le début vous semble assez commun, la suite risque de vous étonner. On y rencontre les sosies de quatre de leurs adversaires : le premier ministre David Cameron, Ed Miliban (parti des travaillistes), Nigel Farage (parti pour l’indépendance) et Nick Clegg (démocrate libéral).

Chantant à l’unisson et défendant les mêmes idées, les sosies sont mis en scène et forment un boys band. Ils clament ensemble « Surmontez vos inhibitions, votez pour la coalition«  »Austérité..! Austérité…! » ou encore « Vendons chaque bout de cette nation, et mettons fin à l’immigration« . Tous dans le même panier, les politiciens font parti du même groupe musical et défendent donc les mêmes propos. Les barrières entre les partis sont inexistantes.

Greenparty

Une ingénieuse manière de ridiculiser ces personnages publics et leurs idées. A la fin du spot, une femme coupe court à la musique et au show (merci). Le parti des verts reprend la parole avec plus de sérieux. Celle-ci lance alors le slogan de la campagne « Change the Tune » (Change de disque) et annonce tous les changements qu’ils souhaitent mettre en place : combattre l’austérité, rendre au peuple ce qui est au peuple.. (César?)

Les rédactions ont été rapides et assez hétérogènes. Pour certains c’est un faux pas, pour d’autre un chef d’oeuvre.

Nous on vote blanc (pour une fois) et vous laissons juger!