Chronique d’un désastre annoncé par Charlo Greene

Youtube Follow Openminded

charlo greene

Charlo Greene avait démissionné en direct à la télé pour créer l’Alaska Cannabis Club

Tout le monde se rappelle de Charlo Greene, cette journaliste américaine qui avait démissionné en direct à la télévision avec le mémorable « Fuck It, I quit ». Elle disait abandonner son job de présentatrice chez KTVA pour devenir avocate et défendre la cause jamais perdue du cannabis et de sa légalisation.

Bon, on avait admiré son courage et son nouveau statut d’ambassadrice du YOLOYou Only Live Once– puis on en avait plus entendu parlé… jusqu’à aujourd’hui.

 

Pendant ces quelques mois de chômeuse, Charlo Greene – de son vrai nom Charlene Egbe- a crée lAlaska Cannabis Club, un dispensaire de marijuana médicale légale réservé aux détenteurs d’une carte membre qui peuvent venir partager leur propre cannabis. Pas question d’en vendre ni même d’en fumer à des fins purement récréationnelles. Non, jamais.

Pourtant, le week-end dernier, la police d’Anchorage en Alaska est venue perquisitionner l’Alaska Cannabis Club après avoir reçu plusieurs rapports de vente de marijuana au sein du centre.

La police a mis en fourrière deux voitures du dispensaire, ils ont aussi déraciné plusieurs plants de marijuana… et ont saisi plusieurs bangs et pipes ainsi que des téléphones et des ordinateurs.

alaska cannabis club

Ironie du sort, c’est au micro de son ancien employeur KTVA que Charlo Greene a commenté cette arrestation, infondée selon elle : « Nous ne vendons pas de marijuana récréative. Nous ne vendons pas de marijuana médicale. C’est un endroit pour les titulaires de carte qui peuvent venir partager leur propre cannabis. »

Loin d’être inquiétée par cette perquisition, la présidente de l’Alaska Cannabis Club a ré-ouvert le dispensaire le lendemain, bien décidée à ne pas se laisser faire par la police :  » En ré-ouvrant aussi tôt, près de 24 heures après que la tactique d’intimidation de la police locale ait échouée , nous au Alaska Cannabis Club prouvons que la volonté du peuple est plus forte que n’importe quelle force qu’ils emploient et nous n’allons pas bouger d’ici.

Voilà qui est dit. Grâce à Charlo Greene, il semblerait que le traitement à la marijuana va continuer à couler des jours heureux en Alaska.