Un gang anti tatouages sévit sur Paris

tatouages

Hommes à tatouages, tremblez !

Il est 4 heures du matin, un dimanche de janvier lorsque le gang anti tatouages de Paris sévit la première fois. Grâce à plusieurs taupes dans le monde de la nuit parisienne, le groupuscule est au courant de tous les afters courus de la capitale, aussi bien dans la superbe villa de Saint Germain en Laye que dans le loft à Oberkampf ou sur le toit du Palais de Tokyo.

Lookés, beaux gosses et sympathiques selon plusieurs témoignages, ils arrivent à s’incruster dans ces soirées de débauche sans attirer l’attention ni éveiller les soupçons, avec une mission hors du commun, inédite – qui va en faire frissonner plus d’un.

Armés d’une crème révolutionnaire, le gang anti tatouage est en perpétuelle recherche d’hommes tatoués sans aucune originalité, hipsterisés à mort, victime du mimétisme ambiant pour « être à la mode. »

En bons puristes du tatouage, ils revendiquent son Art comme la neuvième merveille du monde et sont bien décidés à exterminer tous ces jeunes hommes en mal d’identité qui pensent s’affirmer à grands coups de pin’up de marins tatouées sur l’épaule. 

Révoltés, indignés, désemparés, ils se sont longtemps tus mais désormais le phénomène a pris trop d’ampleur : ils passent à l’action.

tatouages

 

Open Minded a mené l’enquête et à retrouver plusieurs victimes de la brigade anti-tatouages qui ont bien voulu nous raconter leur tragique expérience et le modus operandi de ces justiciers de fortune.

Maxime était en after dans le XVème après une soirée bien arrosée. Trop de rhum et pas assez de coke , mauvais mélange, il s’assoupit dans une pièce en marge de la soirée sur les coups de 6 heures du matin. C’est approximativement à cette heure-ci que le gang a décidé d’agir :  » On pense qu’ils sont 3 : un pour faire le guet, un autre pour tenir la victime et veiller à ce qu’elle ne se réveille pas et un troisième pour appliquer leur crème magique » nous raconte Maxime.

Depuis -presque- toujours, le seul remède pour enlever un tatouage indésirable reste les séances de laser, coûteuses et douloureuses. Alors, une crème magique qui fait disparaître le tatouage en quelques minutes, nous sommes sceptiques. Pourtant, il n’y a aucun doute, la jolie ancre de bateau qu’arborait Maxime sur son poignet a bel et bien disparu.

taztouage ancre poignet

Quelques jours plus tard, nous faisons la connaissance de Julien, lui aussi victime du gang. Il s’était fait tatoué la date de naissance de son frère sur la nuque et alors qu’il était en pleine soirée dans un loft vers 4 heures du matin, il a vu trois hommes – lambdas- entrés. Il les a trouvé cools, il a même discuté avec eux du nouvel album de Rone – un gâchis interplanétaire– puis quelques heures après, l’alcool ayant eu raison de lui, il était parti se coucher.

A son réveil, Julien ne remarque rien – on ne se mate pas assez la nuque dans le miroir à mon goût mais c’est un autre débat– et c’est sa copine qui, quelques jours plus tard lui fait remarquer que son tatouage a disparu. Paniqué, il fait des recherches de titan avant d’en arriver à la conclusion qu’il a, lui aussi, été victime de cette brigade on ne peut plus sérieuse et de leur crème aux supers pouvoirs.

Depuis, l’histoire de ces trois rebelles du tatouage au trésor entre les mains a fait le tour de la planète et un chercheur canadien a réussi l’exploit de recréer une crème avec les mêmes propriétés.

Cette lotion stimule les défenses immunitaires de la peau et fait disparaître l’encre « naturellement ». Encore au stade de prototype, la crème devrait être disponible en France d’ici la fin de l’année à un prix défiant toute concurrence. En attendant, le gang anti tatouage ne semble pas vouloir mettre un terme à sa mission.

Hommes tatoués, un conseil pour vos prochaines soirées : ne vous endormez JAMAIS.

dodo

(La concierge est dans l’escalier. Open Minded reste un blog de distraction et non de politique. Les articles de la concierge sont des vastes rumeurs, blagues, et actualités décalées, à ne pas prendre au pied de la lettre.)