La drogue au service de la science !

Youtube Follow Openminded

Sciences et LSD seringues

Une étude sur le traitement de l’anxiété à base de drogue a attiré la foule

C’est une pratique répandue que celle des utilisations de cobayes dans le domaine scientifique. Si généralement rares sont ceux qui acceptent de tester le dernier médicament contre la toux grasse pouvant provoquer calculs rénaux, perte de cheveux et autres saignements incontrôlés du nez au stade de prototype, il semblerait qu’un chercheur ait été dépassé par les candidatures pour son étude scientifique… à base de drogue.

C’est surement un succès auquel il ne s’était pas préparé. Robin Carhart-Harris est un scientifique spécialisé dans l’étude du cerveau, travaillant à l’Imperial Collège de Londres, et son étude sur le traitement de l’anxiété par les drogues lui a valu un nombre de sollicitations incroyables.

Science cachet

Recherchant environ une vingtaine de participants, le jeune médecin de 34 ans a récemment confié au Daily Mirror crouler sous les candidature de jeunes étudiant plein d’opportunisme. Et certains d’entre vous seront tout aussi enthousiasmés qu’eux une fois le principe expliqué !

Robin Carhart-Harris a en effet entrepris il y a peu de mener une étude sur le traitement de l’alcoolisme et de la dépression….grâce à la drogue et surtout à la prise de LSD. Ardent défenseur de l’usage des psychotropes en médecine, le scientifique voudrait étudier les possibles effets bénéfiques des hallucinogènes pour traiter ceux dont le morale est au plus bas, ou ceux qui n’arrivent plus à lâcher leur teille de vodka.

Sciences et LSD

Bien évidemment, tous les étudiants se sont précipités afin de pouvoir toucher leur dose de LSD gratos ! C’est donc généralement là que vous vous dites : « Chouette, il faut absolument que je participe à ce truc !! » et que vous commencez à utiliser tous les moyens à votre disposition pour pouvoir faire partie de cette étude géniale, même si il faut devenir alcoolique pour ça.

On vous arrête tout de suite, c’est déjà trop tard.  Comme le confiait le chercheur britannique au journal, seul deux étudiants ont été choisis. Le reste des testeurs étant des « professionnels ».  Etre payé pour tester de la drogue ? Ces mecs ont vraiment le meilleur job de la planète.

Drogues ouech