Better Call Saul : à voir absolument

better call saul

Better Call Saul ressuscite l’esprit Breaking Bad

Better Call Saul, le prequel de la série Breaking Bad, est enfin arrivé sur nos écrans – et chez Open Minded, on est déjà accro. Est-ce que c’est une surprise ? Tous les éléments étaient réunis pour que ce soit un succès et les deux premiers épisodes diffusés sur Netflix la semaine dernière finissent de nous convaincre. On a définitivement trouvé la série de l’année et Better Call Saul démontre à la perfection qu’un prequel de série peut-être réussi. Alors, on a trouvé cinq bonnes raisons de se lancer dans l’aventure post Breaking Bad.

1 – Better Call Saul, c’est l’histoire de Jimmy McGill avant qu’il ne croise la route de Walter White , avant même qu’il devienne Saul, « l’avocat de la télé »  et certainement le plus véreux de toute l’Amérique. On aime déjà l’idée de se replonger dans l’univers Breaking Bad… mais encore plus quand on retrouve le créateur de la série originale aux commandes :  Vince Villigan. On ne peut que lui faire confiance après le succès planétaire – et ô combien justifié- des aventures de Heinsenberg et de Jesse Pinkman,je sais que vous ne me contredirez pas.

2 – Saul, justement. Au cours des 5 saisons de Breaking Bad, on est tous tombés amoureux de Mr White, de Jesse… et de Saul, de Mike, de tous les personnages secondaires de la série qui , contre toute attente, nous ont terriblement manqué. Alors, lorsque dès le premier épisode de Better Call Saul, on revoit quelques un de ses visages familiers, ça nous met du baume au coeur et on ne veut déjà plus les quitter. Saul, c’était le troisième partner in crime de Breaking Bad, un personnage mémorable, le sauveur attitré des deux acolytes et on est heureux comme jamais à l’idée de le retrouver.

À LIRE :   Les perles du site Youarenotaphotographer
call saul

3-  C’est drôle. Aucun spoiler parce que je détesterais qu’on me le fasse mais la scène principale de l’épisode 2 de Better Call Saul est à mourir de rire. On retrouve bien là le sens de l’humour indéniable de Vince Villigan. Pour autant, la vie de Saul Goodman, avant – dans les années 80- tire aussi vers le drame : il est fauché, malheureux et redouble d’ingéniosité pour s’en sortir…même si les choses ne se passent pas toujours comme il l’aurait voulu. Et puis, le premier épisode de la série commence sur l’après Breaking Bad et Saul est loin d’être l’avocat opportuniste et riche qu’on a connu – et tant aimé.

4- L’espoir… de revoir Walter White et Jesse Pinkman. Vince Villigan dément la réapparition de nos deux héros préférés mais Bob Odenkirk – l’acteur qui joue Saul- reste confiant : on devrait les revoir d’ici la saison 2 ou 3. ON Y CROIT.

5-  Parce que même si vous n’avez pas vu Breaking Bad, vous pouvez regardr Better Call Saul sans craindre d’être largué. La série existe totalement indépendamment de Br Ba et reste très intéressante à regarder, entre humour et drame, situations cocasses et dollars faciles, avec ses propres personnages, son propre ton et sa propre complexité.

Alors, convaincus ?

affiche better call saul